Monde

Bientôt des décorations de Noël satanistes au Parlement de Floride

Temps de lecture : 2 min

Photo: Doug Mesner.
Photo: Doug Mesner.

«Le Temple sataniste vous souhaite de joyeuses fêtes!» C'est le message qui accueillera les visiteurs dans le hall du Capitole de Floride du 22 au 29 décembre prochains. Pour protester contre la présence d'une crèche de Noël, un symbole religieux chrétien, dans un lieu de pouvoir public, les satanistes ont en effet été autorisés à ériger une décoration festive particulière: un ange déchu qui tombe dans les flammes de l'enfer.

L'année dernière, leur demande avait été rejetée car leur sculpture avait été jugée «extrêmement choquante» par les officiels de Tallahassee, la capitale de Floride. Mais d'autres groupes avaient réussi à s'imposer à côté du petit Jésus et des Rois mages: il y avait notamment une grosse pancarte avec le message «Joyeuses fêtes de la part des athées de Tallahassee», ainsi qu'un poteau de Festivus, une fête inventée par un personnage de la série Seinfeld. Un adepte de l'Eglise du monstre en spaghettis volant, une parodie de religion, avait aussi eu le droit d'exposer une représentation de sa déité.

En bref, les défenseurs de la séparation de l'Eglise et de l'Etat s'étaient bien amusés, et leur raisonnement légal était inattaquable. Si on peut afficher des signes chrétiens dans la rotonde du Parlement, pourquoi d'autres «expressions religieuses» n'auraient-elles pas aussi droit de cité?

Cette année, les membres du Temple sataniste –une organisation dédiée à la célébration «de l'empathie, de l'autonomie personnelle et du raisonnement empirique» ont eu gain de cause car ils ont menacé de faire un procès aux autorités locales. Selon l'association qui a été mobilisée pour les représenter, empêcher les satanistes d'exposer leur ange déchu constituait une «violation de leur liberté d'expression, de leur liberté de religion et de leur droit à l'égalité devant la loi».

Comme le rappelle Mark Joseph Stern dans Slate.com, les satanistes étaient presque sûrs de gagner: «Une fois que le gouvernement local a ouvert les portes à une religion, il était obligé de toutes les accueillir... Favoriser certaines convictions plutôt que d'autres serait une violation du premier amendement de la Constitution», qui interdit au gouvernement la préférence d'une religion sur une autre, même si la religion en question est une parodie.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le Temple sataniste n'en est pas à son premier défi aux autorités de Floride. Cette année déjà, il avait réussi à introduire un cahier de coloriage sataniste dans les écoles publiques du comté d'Orange, en réponse à la décision d'un juge local qui avait autorisé la distribution de bibles dans les écoles. Son raisonnement est toujours le même: dès que la religion commence à s'introduire dans la sphère publique, les satanistes doivent aussi y être acceptés.

Newsletters

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio