France

L'idée des primaires «surréaliste»

Slate.fr, mis à jour le 25.08.2009 à 9 h 16

Les leaders du Parti Socialiste se convertissent un à un à l'idée d'organiser des primaires ouvertes aux sympathisants de la gauche pour désigner le candidat socialiste aux élections présidentielles de 2012.

Alors qu'Arnaud Montebourg, secrétaire national du PS à la rénovation, avait menacé de quitter le parti en cas de refus de la première secrétaire Martine Aubry, Vincent Peillon et les amis de Ségolène Royal ont également mis la pression pour ces primaires, exigeant une décision de principe avant la fin de l'année.

«Le feu vert signifié par Benoît Hamon et Bertrand Delanoë dans le week-end a assuré les partisans d'un tel processus d'obtenir une majorité dans les instances décisionnelles du PS, à commencer par le conseil national», analyse Les Echos. Laurent Fabius a quant à lui jugé «inévitable» l'organisation de primaires ouvertes, tandis que François Hollande ne dit pas non.

Il ne manque plus que l'imprimatur de Martine Aubry, qui pourrait faire ses propositions à l'université d'été du parti à La Rochelle. «De l'extérieur, ce débat qui agite le PS, deux ans et demi avant la présidentielle, au moment où les Français subissent de plein fouet la crise économique, peut paraître surréaliste», note encore Les Echos.

[Lire l'article complet sur lesechos.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: François Hollande, manuel MC, Flickr, CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte