Culture

Michael Jackson a été tué par une dose mortelle d'anesthésique

Slate.fr, mis à jour le 25.08.2009 à 3 h 51

Michael Jackson a succombé après avoir absorbé une «dose mortelle» du puissant anesthésique Propofol (Diprivan) selon les conclusions du médecin-légiste contenues dans des documents officiels dévoilés à Houston (Texas) et révélés sur le site du Los Angeles Times (LA TIMES).

Le mandat de perquisition qui a permis fin juillet aux autorités américaines de fouiller le cabinet médical à Houston du dernier médecin de Michael Jackson, Conrad Murray, montre que les autorités américaines traitent la mort le 25 juin du «roi de la pop» comme un homicide.

Selon ce document, le Dr Murray a affirmé à la police de Los Angeles (LAPD) qu'il avait traité l'insomnie de Michael Jackson avec du Propofol pendant les six semaines qui ont précédé sa mort, lui donnant chaque soir 50 milligrammes du puissant anesthésique en intraveineuse.

Le médecin aurait ensuite tenté de désintoxiquer le chanteur et avait ramené les doses à 25 mg par jour, combinées à d’autres sédatifs puissants comme le Valium, le Tamsulosin, le Lorazepam, le Temazepam, le Clonazepam et le Trazodone, ou Tizanidine. A partir du 23 juin, il avait cessé d'administrer du Propofol.

Tous ces calmants dont huit bouteilles de Propofol ont été retrouvés dans la maison de Michael Jackson. Le soir de sa mort, le Dr Murray lui a administré plusieurs de ces sédatifs avant de finalement sur l'insistance du chanteur qui ne parvenait toujours pas à trouver le sommeil à 10H40 du matin à lui injecter du Propofol et à le laisser ensuite sans surveillance pendant quelques minutes... qui lui auront été fatales.

La police n'aurait pas trouvé de preuves de l'acquisition du Propofol par Conrad Murray par la voie réglementaire, alors que plusieurs bouteilles ont été retrouvées au domicile du chanteur après sa mort. Le domicile et les cabinets de Las Vegas (Nevada) et de Houston du docteur Murray ainsi qu'une pharmacie de Las Vegas dans laquelle il se fournissait en médicaments, ont été perquisitionnés ces dernières semaines par le LAPD et l'Agence américaine de lutte contre les stupéfiants (DEA).

Selon les documents révélés par le Los Angeles Times, Murray aurait assuré aux autorités qu'il n'était pas le seul médecin à avoir administré du Propofol à Jackson, citant notamment le docteur David Adams à Las Vegas et des traces nombreuses d'injections sur le corps du chanteur.

Le dernier médecin de Michael Jackson affirme avoir demandé à plusieurs reprises à Michael Jackson de lui donner la liste de ses docteurs, mais le chanteur aurait toujours refusé.

Conrad Murray s'était exprimé publiquement le 18 août, pour la première fois depuis la mort du «roi de la pop», dans un message vidéo diffusé sur Internet. Il affirmait alors face à la caméra: «J'ai fait tout ce que j'ai pu, j'ai dit la vérité, et je suis convaincu que la vérité prévaudra».

Les obsèques du chanteur, disparu le 25 juin à l’âge de 50 ans d'une défaillance cardiaque, ont été repoussées au 3 septembre.

[Lire l'article complet du LA TIMES]

Lire également: Michael Jackson n'était pas pédophile, Le FAQ de Jackson postmortem et L'Afrique pardonne tout à Michael jackson.

Image de Une: Page de couverture du mandat de perquisition du cabinet du Docteur Conrad Murray
à Houston   REUTERS

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à [email protected]

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte