Tech & internetMonde

La Corée du Nord fait un site pour les touristes, tout en restant toujours aussi fermée

Repéré par Léa Bucci, mis à jour le 02.12.2014 à 17 h 46

Repéré sur The Guardian

Photos issues du site dprk.today

Photos issues du site dprk.today

La Corée du Nord s’intéresse aux touristes étrangers: si l’on en croit l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, le pays de Kim Jong-Un a lancé le 1er décembre son nouveau site web à vocation touristique, DPRKtoday.com. Yonhap explique que l'objectif de la plateforme serait de «satisfaire l’intérêt grandissant et les attentes» sur la nation, d’après les médias de Corée du Nord.

Le site est rédigé en coréen, un «welcome to dprk.today»:

 

En naviguant, les internautes comprenant le coréen peuvent trouver les horaires de vol vers Pyongyang depuis Pékin, Vladivostok et d’autres villes étrangères, une liste des différents forfaits proposés par les voyagistes, les contacts des agences de voyage à l’étranger et des informations sur les hôtels de luxe.

Pour attirer les touristes, DPRKtoday propose des articles et des clips vidéo qui mettent en avant les coutumes et les atouts touristiques du pays: la Tour du Juche, l’architecture et le marathon de Pyongyang, les prouesses sportives, la station de ski de Masikryong.

Il semblerait que le site soit hébergé en Chine, comme l’est également celui de l’agence de propagande officielle Uriminzokkiri, qui sert de vitrine à la Corée du Nord. Et comme lui, il offre une vision de la vie quotidienne particulièrement favorable. Une partie «Actualités» vante la politique de Kim Jong-un, mais ne fait pas mention d’une manifestation à Pyongyang contre un rapport de l’ONU qui dénonce la situation des droits de l’Homme dans le pays, rapporte The Guardian.

Quant aux photographies présentées sur le site, le quotidien britannique observe:

«Une grande partie des images ont reçu un traitement façon Disney: des étoiles violettes ajoutées aux images d’enfants qui dorment dans une garderie, des tournesols jaunes qui encadrent un groupe de bambins qui saluent»

Cette ambiance de gaieté artificielle ressemble à celle que l’on pouvait trouver sur les photographies de Pyongyang diffusées par l’agence officielle KNCA en 2013. Comme ces clichés, les images du site sont donc à considérer avec beaucoup de prudence.

En août 2014, une vidéo tournée en collaboration avec la compagnie de tourisme nord-coréenne Koryo Tours, sous la surveillance de l’Administration nationale du Tourisme, donnait elle aussi un aperçu de la vie quotidienne à Pyongyang.

A l’époque, Slate notait que les touristes étrangers en Corée du Nord ne seraient pas plus de 6.000 par an, selon une estimation réalisée par les agences de voyage, les chiffres officiels n’étant pas dévoilés. L’entrée dans le pays n’est en effet possible que via des voyages organisés approuvés. Une grande partie d’entre eux ont été annulés ces derniers temps, en mesure de prévention contre le virus Ebola. L'interdiction est toujours en place, d’après une note publiée sur le site de Koryo Tours.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte