Sciences

Dans le cerveau d'un interprète

Temps de lecture : 2 min

Translator Booths @ WSIS David Weekly via Flickr CC License by
Translator Booths @ WSIS David Weekly via Flickr CC License by

Avez-vous déjà essayé d'écouter quelqu'un parler dans une langue et de traduire en même temps son propos dans une autre langue tout en le remettant dans son contexte? Compliqué, hein? Et pourtant, là où les ordinateurs échouent toujours, certains humains sont devenus des experts.

Mais alors comment le cerveau humain parvient-il à gérer toutes ces informations et à les retranscrire de façon intelligible? C'est à cette question que s'est intéressé Mosaic, un magazine américain qui est allé chercher la réponse du côté d'interprètes confirmés et de l'université de Genève.

En fait plus que des zones du cerveau ultra-développées, ce seraient des interconnexions entre différentes régions qui permettent aux interprètes de traduire en même temps qu'ils écoutent un discours. Selon l'article, il est possible que ce soit le noyau caudé qui joue un rôle particulièrement important (même s'il n'est pas une zone spécialiste du langage), puisqu'au lieu de grossir, il deviendrait au fil du temps soit un coordinateur plus efficace, soit une zone capable de sous-traiter plus de tâches vers d'autres structures.

Newsletters

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

Ces mammifères doivent nager pendant trois jours ou parcourir de grandes distances sur la terre à la recherche de nourriture.

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Les rêveurs ont notamment été capables de répondre à des questions ou encore aptes à faire des mathématiques.

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Les haies de sa sous-espèce, le cotoneaster franchetii, qui pousse le long de l'asphalte, sont 20% plus efficaces que d'autres plantes.

Newsletters