France

L'affaire Bettencourt vue des Etats-Unis

Slate.fr, mis à jour le 24.08.2009 à 17 h 16

Liliane Bettencourt quitte l'Elysée en 2007, REUTERS/Charles Platiau

Liliane Bettencourt quitte l'Elysée en 2007, REUTERS/Charles Platiau

Le New York Times revient dans un long article sur l'affaire Bettencourt. En septembre, François-Marie Banier devra échanger les séjours sur les îles privées, les vacances à Majorque et les yachts dans les Caraïbes pour une salle d'audience de Nanterre. Accusé d'avoir exploité Liliane Bettencourt en lui soutirant des cadeaux (liquide, assurance vie et œuvres d'art) d'une valeur de 1,3 milliards d'euros, il y sera jugé pour abus de faiblesse et risque jusqu'à trois ans de prison.

«L'affaire fait régulièrement la une des médias français, écrit le New York Times, et offre un rare aperçu de la luxueuse vie de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche d'Europe avec une fortune estimées par Forbes à 13,4 milliards de dollars.»

A l'origine de l'affaire, la plainte déposée par Françoise Bettencourt-Meyers, fille de Liliane Bettencourt, en décembre 2007 à l'encontre de Banier, accusé de manipuler sa mère dans un but lucratif, qui entraîna une enquête de la Brigade Financière. Mais la principale intéressée a toujours nié cette version: «Je connais François-Marie Banier depuis plus de 20 ans», a confié Liliane Bettencourt au Journal du Dimanche en décembre dernier. «Mon mari le connaissait depuis 20 ans. Quelle mouche a piqué ma fille?»

Dans un entretien au Point en juillet, la fille répondait que l'objectif de Barnier «est simple: désolidariser ma mère de notre famille pour profiter d'elle. Je ne le laisserai pas faire.» «Je n'ai jamais cherché à influencer Madame Bettencourt pour mon gain ou en faveur d'autres personnes qui ont bénéficié de leur générosité, se défend quant à lui Barnier. En réalité, il s'agit d'un conflit entre mère et fille duquel je suis étranger.»

Madame Bettencourt a refusé les trois demandes d'examens neurologiques indépendants du juge d'instruction parce que l'accusation pourrait en influencer les résultats à travers le choix de l'expert. Elle a rencontré Nicolas Sarkozy à l'automne dernier pour lui demander d'intervenir, et a pensé à remettre en question la légitimité du tribunal à juger Banier parce qu'elle n'est pas l'auteure de la plainte.

Les amis de Banier ne sont pas choqués par les sommes qu'il a reçues. «Il ouvre les gens à de nouvelles expériences», explique John Richardson, biographe de Pablo Picasso. «Leur vie devient agréable et il est très amusant à côtoyer. Et il est particulièrement bon pour stimuler les vieilles personnes.»

«Ce qui se passe est un manque total de respect» s'insurge Kiejman, l'avocat de Liliane Bettencourt. «Si Madame Bettencourt avait donné l'argent à une fondation, qu'aurait-on dit?»

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Liliane Bettencourt quitte l'Elysée en 2007, REUTERS/Charles Platiau

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte