Culture

Les sitcoms américaines, classées selon le nombre de blagues

Temps de lecture : 2 min

De «Friends» à «The Big Bang Theory», les séries sont connues pour balancer des blagues avec un débit impressionnant. Mais elles cachent des genres d’humour très différents.

Extrait de la série «The Big Bang Theory» Via Allociné
Extrait de la série «The Big Bang Theory» Via Allociné

Ayant beaucoup de temps libre devant lui et du popcorn à disposition, un journaliste de The Atlantic a décidé de comparer les sitcoms sur un critère bien précis: le nombre de blagues par minute. Talib Visram a donc choisi une douzaine de séries humoristiques au style différent, et a regardé trois épisodes de chaque. Voici le top 3:

30 Rock: 7,44 blagues par minute.

New Girl: 7,11 blagues par minute.

Parks and Recreation: 6,97 blagues par minute.

Ces chiffres sont impressionnants puisque dans 30 Rock, série créée par Tina Fey, on compte en moyenne une blague toutes les 8 secondes, soit 186 blagues par épisode de 25 minutes. Il y a quelques années, le site Splitsider avait mené une recherche similaire sur 30 Rock. Sur les épisodes étudiés, les chiffres étaient déjà très élevés, avec 9,57 blagues par minute en moyenne, et 204 dans un seul épisode.

Dans le reste du classement, on peut noter la présence de Friends (6,06 blagues par minute) ou de séries animées comme South Park (5,03 blagues par minute) et Family Guy (5,20 blagues par minute).

Mais au-delà des chiffres, qui ne sont en rien synonymes de qualités (Friends était très mal noté à ses débuts), deux autres critères doivent être pris en compte: le genre d’humour pratiqué et le timing.

South Park fait de la satire son propre pays, ce qui ne passe pas forcément par des blagues, d’où une moyenne plus faible. Et des séries comme Curb Your Enthousiasm (piètrement traduit par Larry et son nombril en français) avec 3,41 blagues par minutes ou Louie, série de Louis C.K., font patienter le téléspectateur, ne livrant la blague parfois qu'après plusieurs dizaines de secondes de monologues. «Il y a quelques séries comiques intelligentes qui rabaissent le compteur à blagues et traitent les téléspectateurs comme des être intelligents», explique le journaliste de The Atlantic.

Car, beaucoup de séries parmi les plus récentes fonctionnent énormément sur un comique de répétition et des dialogues à plusieurs personnages, permettant d'étirer une blague au maximum, quitte à tomber dans le travers de la private joke, dont nous vous parlions ici.

Talib Visram explique ainsi que les nouvelles séries comme 30 Rock ou New Girl «sont dialoguées, et n’ont pas peur de répéter la même blague plusieurs fois». Par exemple, The Big Bang Theory, pourtant auréolée de nombreuses récompenses, pousse ce mécanisme au maximum. A tel point que le magazine Salon s'est récemment demandé «pourquoi les gens rient» devant cette série. Le personnage Sheldon va régulièrement frapper de façon insistante à la porte de sa voisine Penny.

Agrémentée de rires enregistrés, cette réplique, pourtant basique, est devenue «culte».

Slate.fr

Newsletters

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

Le cinéaste Bertrand Bonello s'apprête à tourner un film inspiré de la troublante histoire de cet Haïtien qui semble être revenu à la vie. Une affaire qui avait déjà inspiré Wes Craven il y a trente ans.

Hitler ne serait sans doute pas devenu un monstre nazi sans la Première Guerre mondiale

Hitler ne serait sans doute pas devenu un monstre nazi sans la Première Guerre mondiale

Sa nouvelle biographie est un éclairage bref et précis sur la vie du dictateur et une entrée pour comprendre la construction de sa pensée.

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Newsletters