Culture

Comment la mode peut changer les mentalités au sujet de l'Islam

Repéré par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 30.11.2014 à 18 h 44

Islamic fashion festival à Kuala Lumpur le 20 juin 2014. REUTERS/Samsul Said

Islamic fashion festival à Kuala Lumpur le 20 juin 2014. REUTERS/Samsul Said

Le New York Times racontait cette semaine l'histoire d'une fashion week d'un autre genre que celles de Paris ou Milan: celle de Kuala Lumpur. 

Depuis 9 ans, s'y déroule l'Islamic Fashion Festival ou festival de la mode islamique –on y voit moins de chair que sur les podiums occidentaux. Dato’ Raja Rezza Shah, fondatrice de ce festival, l'a instauré en partie pour lutter contre les stéréotypes au sujet de l'Islam et ce désir s'inscrit selon le quotidien américain dans «un mouvement plus large dans une certaine partie de monde musulman (...) qui s'est emparé de la mode comme moyen de raconter leur culture différemment.»

Reina Lewis, professeure d'études culturelles au London College of Fashion et auteure d'un livre à paraître sur la mode musulmane, explique: «Chaque fois qu'il y a une panique morale à l'Ouest au sujet des musulmans comme symbole de l'altéririté civilisationnelle, qu'il s'agisse de la radicalisation de jeunes hommes djihadistes ou d'autre chose, c'est illustré par des images de femmes portant le hijab ou l'abaya, en noir.»

La collection MSF lors de l'Islamic Fashion Festival de Kuala Lumpur, le 18 novembre 2014. REUTERS/Olivia Harris

Grâce à de nouveaux vêtements, une mode reconnue dans les pays occidentaux, cela pourrait changer. La designeuse et blogueuse Dian Pelagi, à l'origine de vêtements couvrants très colorés: «Je pense que si la mode islamique peut gagner en importance en Amérique, cela changera la perception que les gens ont de l'Islam».

Cela grossira aussi un marché d'importance. Selon les chiffres de Thomson Reuters de 2012, 224 milliards de dollars avaient été dépensé cette année-là en vêtements et chaussures dans l'économie islamique. Soit 10,6% des dépenses globales de vêtements et chaussures. Ces dépenses devaient atteindre 322 milliards de dollars en 2018 selon les estimations d'alors. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte