LGBTQ

Les hipsters gays barbus ont copié les hétéros

Didier Lestrade, mis à jour le 29.11.2014 à 10 h 01

Ce n'est pas étonnant que cette conjonction de look arrive quand les différences entre gays et hétéros s'estompent de plus en plus.

Un participant pendant les championnats européens 2012 de barbes et moustaches, à Wittersdorf près de Mulhouse, en France, 22 septembre 2012. REUTERS/Vincent Kessler

Un participant pendant les championnats européens 2012 de barbes et moustaches, à Wittersdorf près de Mulhouse, en France, 22 septembre 2012. REUTERS/Vincent Kessler

Tous les magazines de style débordent d'hipsters gominés très prout-prout avec des barbes longues comme ça. Les barbes sont devenues cliché, y compris chez les gays. Mais la question que tout le monde se pose, c'est: les gays ont-ils inventé cette mode, comme ils le font souvent pour définir leurs propres codes, ou est-ce tout simplement une envie d'imiter les hétéros? Plus le phénomène prend de l'ampleur et plus on se retrouve face à la sempiternelle question de l'œuf et de la poule. Il est temps de dire la vérité: en matière de mode, les gays sont souvent des suiveurs. Mais ils fonctionnent comme des caisses de résonance.

Comme beaucoup de gays, je suis émerveillé par la longueur des barbes que l'on voit partout aujourd'hui, dans la rue, sur Tumblr ou sur les applications de rencontre entre mecs comme Scruff. Quand j'en discute à ma meilleure amie (hétéro) en lui disant qu'on commence même à voir des mecs avec des tresses dans la barbe comme les Vikings ou des bijoux comme les travellers et les rastas, elle me dit que c'est le début de la décadence. Mais, quoi, la décadence c'est bien non? Si on ne peut pas être décadent en période de crise, alors ça sert à quoi? Et pis, ça serait pas parce qu'elle est un peu jalouse que les gays aient ENCORE piqué un truc qui n'appartenait qu'aux hétéros? Mmmmm c'est ptet ça.

Regardons les faits. La barbe existe depuis longtemps dans le milieu gay, mais il faut remonter aux années 70 (la préhistoire quoi). S'ensuivent les années 80 pendant lesquelles la barbe et la moustache disparaissent. Les années 90 sont celles des cheveux rasés. Les années 2000 sont celles du métrosexuel. Ce qui fait, finalement, trois décennies pendant lesquelles les gays se débarrassent de tous leurs poils, et de leurs cheveux. Forcément, ça ne pouvait plus durer.

Oui, les gays se sont libérés grâce aux hétéros.

Et vice versa. Ce n'est pas une surprise si cette conjonction de look arrive quand les différences entre gays et hétéros s'estompent de plus en plus. Les jeunes LGBT se définissent de moins en moins en tant que gays. La bisexualité est de plus en plus vécue comme un était de fait. Les hétéros s'engagent pour les droits des LGBT comme pour le mariage. 

Même dans la musique, il y a de moins en moins cette division entre clubbers gays et hétéros. Tout est mixte (ou devrait l'être). Les gays sentent moins le besoin de se défendre sans cesse (bon à part contre la Manif Pour Tous) et ils peuvent dire à leurs meilleurs copains hétéros à quel point ils sont bandants avec ces jolies barbes. C'est comme ça que les basculements esthétiques se produisent. Tu me plais, je vais faire comme toi.

Coquet vs négligé

Ça vient toujours des Etats-Unis. C'est énervant, non? Les Etats-Unis se considèrent comme le pays de la barbe selon le site rudimentaire Beards.org («This is a beard-growing country»), créé en 1996 et dont le template semble ne pas avoir changé depuis. Ils ont donc commencé avant nous. Même si l'Europe a été très marquée par les joueurs de rugby comme Sébastien Chabal, le look est clairement anglo-saxon. Ou alors musulman. En 2014, le phénomène de mode semble arriver à son apogée. Bien que cet article du Washington Post tente de faire le malin en nous expliquant, étude à l'appui, que ca va s'arrêter bientôt. Mais il y en a encore pour cinq ans au moins car la bataille se déroule désormais sur un champ typiquement gay: négligé vs apprêté. Naturel vs gominé. Basique vs nœud papillon. Laisser pousser librement vs barbier. Si les barbes extraordinaires sont courantes dans le monde exagéré des revues de mode, elles deviennent carrément hystériques dans la vraie vie, à l'étranger surtout. Chez les gays par exemple, avoir une barbe de viking ou de ZZ Top est.... le top justement. Le point de bascule est loin d'avoir été atteint et le retour de bâton n'est pas imminent.

Merci les films de gladiateurs.

Donc il faut bien l'admettre, la barbe c'est un truc de mec hétéro à la base. Les gays n'ont rien inventé. Ils ont juste créé un pont qui n'était pas possible il y a encore vingt ans. Aujourd'hui ils détournent enfin, ils s'approprient, ils développent un nouveau marché qui leur était interdit. L'idée c'est d'être aussi sexy qu'un hétéro. Parce qu'on a le droit. Ca ne veut pas forcément dire qu'on est hétéro-normé. On a le droit désormais de vouloir ressembler à un bûcheron américain comme on a eu le droit de:

- piquer le look Carhartt aux travailleurs de chantier

- piquer le goatee aux bikers et ploucs en tout genre

- piquer la casquette de baseball avec une belle incurvation de la visière

- piquer le look Chav ou Sket aux racailles

- piquer les chaussettes à rayures au basketball

- piquer les tatouages tribaux à tout le monde (ouf, ça c'est fini)

La liste est très longue mais vous voyez ce que je veux dire.

Didier Lestrade
Didier Lestrade (71 articles)
Journaliste et écrivain
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte