SlatissimeBoire & manger

Choisir le gin qui vous va

Christine Lambert, mis à jour le 08.12.2014 à 15 h 49

C’est la pièce tendance du moment, le spiritueux qui secoue la scène, la bouteille qui donne le «la» dans les bars. Les nouveaux flacons commencent (enfin) à arriver en France, pour certains au compte-goutte. Un peu d’aide pour repérer celui qui flattera vos sens?

Southwestern Distillery

Southwestern Distillery

1.Le gin slim brut

Ce polymorphe s’adapte à toutes les courbes de la soif en raison de sa... sobriété. Frais, sans plis, élégant et direct, il se plie à toutes vos envies, convient à tous les cocktails, classiques ou démoniaques. 

Le Sacred, le Tarquin's, le Pink Pepper et le Nolet's

Le Britannique Gilpin’s (47%) avec ses 8 botaniques (dont la sauge et la bourrache), se nimbe d’une fraîcheur sophistiquée. Son compatriote Sacred (40%), plus doux, plus rond, très aromatique avec ses 12 botaniques, séduit par sa douceur. Venu de Cornouailles, Tarquin’s (42%), un petit bijou distillé à flamme nue en alambics de cuivre, encore un peu compliqué à trouver en boutique (300 bouteilles par batch seulement), fait fizzer le genièvre et les agrumes dans une belle fraîcheur et un semblant de violette. Mon nouveau gin fétiche. 

De l’autre côté de l’Atlantique, la New York Distilling Compagny établie à Brooklyn nous livre un couteau suisse du cocktail, Dorothy Parker (44%), en hommage à l’écrivaine dont les mots («J’aime boire un Martini, deux au maximum. Au bout de trois, je suis sous la table, au bout de quatre, sous mon hôte») dansent sur la bouteille. Croquant et herbacé à souhait, il fait jaillir la coriandre.

2.Le gin taille haute

Silhouette impeccable, tenue irréprochable et forte présence: ce gin-là fait monter la température avec générosité sur les degrés d’alcool. Une puissance de feu qui le rend indispensable auprès des as de la mixologie. Présenté dans une bouteille ergonomique et graduée, concocté par l’ex-bartender Simon Ford à destination des bartenders, le Fords Gin de The 86 Company (45%), distillé par Thames Distillers, mise sur sa haute viscosité, son soyeux et sa très forte concentration en baie de genièvre pour faire décoller les cocktails. Un must. 

Caractère bien trempé mais équilibre de funambule pour le gin punk-rock Bulldog Bold (47%), en référence à Churchill, dont c’était le surnom –et qui, malgré son costard, déambulait souvent en gin. Dans la bouteille noire à collier de chien de bel effet, 12 botaniques, dont 3 inédits (pavot blanc turc, feuilles de lotus et dragon eye chinois), pour réveiller les tonics et les collins. Un coup de fouet salin dans les verres avec The West Wind The Cutlass (50%), qui nous vient d’Australie et ajoute 3 botaniques du bush à sa recette (cannelle, myrte, tomate buisson) anabolisée en coriandre.

Le Citadelle Reserve, le Bulldog Bold, le Bathtub Gin et le Death's door
 

3.Le gin à franges destroy

Il se la joue décontracté avec ses airs cool éthique ou bohème vintage, mais ne vous y trompez pas: son style est pointu, inutile d’en ajouter des tonnes dans le verre. Le Bathtub Gin (43,3%), un anglais distillé en alambics pot still et dont les botaniques et épices sont infusés à froid, mise sans vergogne sur la tendance rétro avec un jus paille claire sweet qui rappelle la Prohibition (en meilleur). Complexe, voire compliqué, il est difficile à marier, mais vous relèverez le défi pour une raison: son flacon d’apothicaire victorien emballé de vieux papier craft ficelé en fait un bel objet cadeau. 

Produit dans le Wisconsin avec du blé bio cultivé sur Washington Island et des botaniques locales (genièvre sauvage, cardamome, coriandre seulement), Death’s Door (47%) s’impose comme un classique puissant à la finale interminable. Dans le Colorado, une paire de frangins brasseurs concoctent Leopold’s (40%), un gin de dégustation subtil, magnifique d’équilibre, en distillant jusqu’à leur alcool de base (c’est suffisamment rare pour être souligné) dans toutes sortes d’alambics.

4.Le boyfriend gin

Le Biercee, le Fifty Pounds Gin, le Hernö et le Koval

Celui-ci se porte large en arômes, avec une générosité no limit. Le gin clivant par excellence: on est est dingue ou on le déteste mais une chose est sûre, il ne laisse personne indifférent... et ne va pas à tout le monde. Nolet’s (47,6%) est un fruité-floral fabriqué aux Pays-Bas dont la finale de rose vous claque un baiser de vieille Anglaise. Fifty Pounds (43,5%), distillé chez Thames Distillers, lâche un bouquet d’arômes confits qui secouera les dry martinis. Hernö (40,5%), le Suédois qui ne passe pas inaperçu, le chouchou des jurys internationaux, multimédaillé, est redistillé en pot still et incorpore notamment des baies polaires dans sa recette. Ses notes vanillées twistent les dry martinis avec perversité. Même profil atypique chez Koval (47%), distillé à Chicago à base de grain bio.

Chez nos amis Wallons, Biercee (44%), avec son nez de cèleri et sa douceur en bouche (agrumes et végétaux), distillé dans un petit alambic Holstein, est un gin élastique qui ne craque pas aux coutures, quelle que soit sa position. 

Enfin, un arrêt à Cognac, berceau du créatif Pink Pepper (44%). Le poivre rose qui lui donne son nom prend un peu l’ascendant sur le genièvre, et sa pointe vanillée achève de vous dérouter, mais il rhabille le Negroni et tient tête à la fée verte dans les cocktails à base d’absinthe. Dans les alambics charentais des cognacs Ferrand se distille hors saison le Citadelle Reserve (44%), mitonné à flamme directe et vieilli quelques mois en solera de chêne américain et d’anciens fûts de pineau. Une maturation unique qui fait fibriller les notes florales et d’agrumes de la cuvée 2014 en l’enveloppant de douceur. Cognac, capitale du gin haute couture.

N.B. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, il se crée une distillerie de gin par semaine, et un nouveau flacon arrive sur le marché tous les trois jours. Impossible, dans ce banc d’essai des sorties récentes, de prétendre à l’exhaustivité, malgré des séances d’essayage poussées en cabine. Je compte sur vous pour compléter dans les commentaires!

 

Christine Lambert
Christine Lambert (175 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte