La Manif pour tous à l’assaut des droites et du FN?

Manifestation contre la PMA et la GPA de La Manif pour tous, le 5 octobre 2014 à Bordeaux. REUTERS/Regis Duvignau

Manifestation contre la PMA et la GPA de La Manif pour tous, le 5 octobre 2014 à Bordeaux. REUTERS/Regis Duvignau

La Manif pour tous est fermement décidée à influer sur l’avenir des droites. Et Marion Maréchal-Le Pen, arrivée ce samedi 29 novembre en tête de l'élection au comité central du Front national, a justement affiché ses sympathies pour les militants de La Manif pour tous.

Voici deux semaines, le mouvement Sens Commun était parvenu à faire plier Nicolas Sarkozy qui avait fini par prononcer le mot «abrogation», scandé par une salle survoltée. Ce mouvement authentiquement conservateur, créé par d’anciens cadres de La Manif pour tous, a réussi son pari: imposer à l’ancien Président de la République son idée fixe, à savoir l’abrogation de la loi Taubira. «Ça ne coûte pas cher» leur a lancé un Nicolas Sarkozy trahissant ainsi, par cette expression maladroite, son manque d’aisance face à LMPT.

Depuis septembre 2012, ce qui était une mobilisation «spontanée» de la France la plus catholique s’est progressivement mué en un vaste mouvement conservateur. Au fil des mois allant de septembre 2012 à mai 2013, La Manif pour tous a vu certains de ses compagnons de route se radicaliser (le Printemps Français) et d’autres, comme les Identitaires, chercher à obtenir un brevet de respectabilité en participant aux cortèges roses et bleus menés par Frigide Barjot et non à ceux de Civitas. L’ensemble du mouvement est décidé à influencer le débat public, à imposer ses thèmes et désormais à agir sur la vie des partis politiques.

Une nouvelle étape a en effet été franchie par le mouvement conservateur français. Désormais, il ne nie plus sa vocation politique, même s’il préfère évoquer son action «non-partisane». Non-partisane certes, mais avec la volonté d’intervenir dans la vie des partis politiques de droite et d’extrême-droite, ce mouvement dresse le tableau des mérites comparés des responsables politiques de l’UDI, de l’UMP et du FN. L’association La Manif pour tous entend intervenir dans la vie des trois grands partis de la droite et de l’extrême droite.

Sur le site de La Manif pour tous, un comparatif des candidats à la présidence des partis de droite.

Les moteurs du conservatisme de La Manif pour tous et du national-populisme ne sont pas les mêmes. S’ils répondent, l’un comme l’autre, de manière différente, à une anxiété sociale présente dans l’ensemble de la société, à la peur du déclin, on ne peut dire que leurs sources soient les mêmes. Ils sont sociologiquement distincts. La France où progresse le FN n’est pas la France catholique, hormis peut-être dans l’ouest parisien aux dernières élections européennes. Longtemps le monde catholique a été l’un des remparts face à la progression du Front National dans l’électorat de droite. Il y eut, certes, autour de Chrétienté Solidarité et de Bernard Antony (qui écrivait sous le nom de plume de Romain Marie), un important courant traditionnaliste au sein du FN. Mêlant tradition contre-révolutionnaire, réticence ou rejet à l’égard de Vatican II et nostalgie des combats pour l’Algérie française et contre la décolonisation, cette frange du FN s’en est séparé et se retrouve davantage dans les options d’un Jacques Bompard que dans celle de l’égérie du courant conservateur du FN Marion Maréchal-Le Pen (plébiscitée par les militants samedi 29 novembre, arrivant en tête du vote au comité central du parti) suspecte à leurs yeux, car ayant affirmé publiquement son soutien à la loi Veil de 1974.

Privé de son aile traditionnaliste, oscillant entre la tentation d’une ligne proche de Geert Wilders et une ligne plus conservatrice, le FN semble aujourd’hui enclin à opter pour la seconde ligne, visant à séduire cette France philosophiquement conservatrice. Marion Maréchal-Le Pen, qui a participé au pèlerinage de Chartres de 2013, a affiché ses sympathies pour les militants de La Manif pour tous et semble avoir pour fonction de séduire un électorat qui pèse lourd dans l’Ouest catholique. La députée du Sud-Est est paradoxalement le meilleur atout du FN dans la France de l’Ouest.

Que les droites cherchent à capter LMPT était connu. Que certains animateurs de cette dernière tentent d’influencer les partis de droite ou d’y faire de l’entrisme était évident. En mettant en ligne ce tableau comparatif, la direction de l’association dépositaire du nom «La Manif pour tous» accomplit un saut qualitatif: la volonté de LMPT de peser sur les rapports de forces internes au Front National est désormais manifeste. Elle est la preuve que le mouvement conservateur né pendant l’année 2013 entend agir sur l’ensemble des droites et intègre le FN à son univers stratégique.

Partager cet article