Culture / Économie

[VIDÉO] La première scène du documentaire sur la crise financière «Master of the Universe»

Temps de lecture : 2 min

Primé à Locarno et diffusé en juin sur Arte, le film de Marc Bauder sort cette semaine en salles, en partenariat avec Slate.

Plusieurs documentaires de grande qualité ont été réalisés sur la finance depuis la crise de 2008-2009: Inside Job, de Charles Ferguson, qui la racontait à travers des entretiens serrés avec les têtes couronnées du secteur, de Christine Lagarde, alors ministre des Finances, à l'économiste star Nouriel Roubini; Cleveland contre Wall Street, du cinéaste suisse Jean-Stéphane Bron, qui narrait la crise des subprimes à travers le destin des emprunteurs de la ville de l'Ohio... Master of the Universe, de Marc Bauder, opte pour une approche radicalement différente: le film consiste en une interview-fleuve de Rainer Voss, un cadre du secteur bancaire allemand qui a connu aux premières loges la dérégulation financière des années 80. Filmé sur fond d'images de salles de réunions vides et de gratte-ciels à Francfort, entrecoupées de quelques archives faisant le lien avec les évènements de la crise financière (notamment le scandale Goldman Sachs, où était impliqué le Français Fabrice Tourre), le documentaire le laisse raconter, en longueur, comment le secteur financier a pu se laisser envahir d'un sentiment de toute-puissance et s'isoler de l'économie réelle, avant d'être brutalement rappelé à la réalité.

Prix de la critique au Festival de Locarno en 2013, Master of the Universe a été diffusé sur Arte en juin dernier et sort cette semaine en salles, en partenariat avec Slate. Nous vous proposons ici, avec l'aimable autorisation de Héliotrope Films, de visionner la première scène du film, où Rainer Voss raconte les nuits interminables passées par les jeunes banquiers à mettre en place des opérations afin de gravir les échelons de leur entreprise.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Newsletters