Science & santé

Ivres, ils laissent des chercheurs les enregistrer bourrés au volant

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 27.11.2014 à 18 h 21

Repéré sur Via Reader, Fast Company, Popular Science

Mais c'est pour faire avancer la science.

REUTERS/David W Cerny

REUTERS/David W Cerny

Entre 2007 et 2009, des chercheurs allemands de l’université Maximilian de Munich ont analysé les comportements de 162 hommes et femmes sur le point de prendre le volant en état d’ivresse. Un Corpus du Langage alcoolisé a été créé, soit 30 gigaoctets de conversations en allemand tenues par des personnes plus ou moins sobres, rapporte Fast Company, repéré par Reader.


Un exemple d'enregistrement d'un conducteur ivre. 

Mais cette expérience, en apparence inutile, a bien un but: créer un logiciel intégré aux voitures qui permettrait d’empêcher aux personnes en état d’ivresse de démarrer leur véhicule. Le site Fast Company rappelle qu’en 2011 déjà, l’un des chercheurs de cette étude, Andrew Rosenberg, avait eu l’idée «d’entraîner un ordinateur à reconnaître l’ivresse et toutes ses bizarreries, comme on distinguerait une personne de Manchester ou de Goa».

Dans les analyses, on retrouve des caractéristiques communes: «Quand les gens sont soûls, ils bégaient, bafouillent, et se corrigent eux-mêmes. Leur voix devient plus aigüe. Leurs phrases commencent à contenir des insultes», explique Fast Company.

Et, bien sûr, les constructeurs de voitures sont très intéressés. Thilo Koslowski, de la société de recherche technologique Gartner, explique que «les compagnies commencent à réfléchir à des détecteurs qu’ils pourront utiliser pour comprendre l’état dans lequel est le conducteur». En 2007, la marque Nissan innovait déjà en proposant un modèle de voiture avec un détecteur reposant sur l’odeur et la respiration. 

Le site Popular Science expliquait il y a quelques mois que, grâce à un laser, on pourra bientôt détecter d’éventuels conducteurs ivres à distance. Si la mesure peut être perturbée par exemple par la présence d’un autre passager, le laser est précis:

«Il peut détecter une quantité d’alcool exhalée par une personne ivre qui a plus de 0,1% d’alcool dans son sang.»

Dans les années qui viennent, on devrait donc voir se généraliser des outils permettant de savoir si le conducteur enlève souvent ses mains du volant, s’il sent l’alcool, etc. Mais personne n’a encore pu l’instant créer un outil fiable permettant établir de lien entre un discours et l’alcoolémie, la reconnaissance vocale parfaite restant difficile à mettre en place. L’algorithme de détection d’alcoolémie fondé sur la parole, créé par le professeur assistant Rosenberg, n’est d'ailleurs fiable qu’à 73%. Votre voiture ne vous confisquera donc pas les clefs tout de suite. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte