Culture / Sciences

Le lendemain de l'atterrissage de Philae, tout le monde a écouté Aerosmith

Temps de lecture : 2 min

Forcément, qui dit rencontre au sommet entre une comète et l'humanité dit amalgame inévitable. Entre d'un côté, le blockbuster de 1998 de Michael Bay, Armageddon, dans lequel Bruce Willis et ses potes badass prennent d'assaut un astéroïde pour sauver la Terre. Et de l'autre, n'importe quelle actualité scientifique dont le catastrophisme est inversement proportionnel à son réalisme, et qui porte cette-fois sur une vraie comète et une vraie mission/réfléxion scientifique la concernant.

Du coup, quand Philae s'est posée avec succès sur la comète Tchouri, le 12 novembre 2014, ça n'a évidemment pas loupé: tout le monde y est allé de sa petite blague sur Armageddon ou Bruce Willis. Une association d'idées qui eu un drôle d'effet: celui de booster les écoutes d'I don't wan't to miss a thing sur Spotify, le morceau culte du film, par Aerosmith (voir le clip dans la vidéo ci-dessus).

Repéré par le site io9, ce pic d'écoutes empreintes de nostalgie remontent au 13 novembre, soit le lendemain de l'atterrissage réussi de Philae sur la comète Tchouri. Sur son blog, Spotify précise que la temporalité «est logique»:

«L'ESA [l'agence spatiale européenne] a tweeté la première image de l'atterrissage à 1h45 du matin, heure de l'Est [fuseau horaire d'une grande partie des Etats-Unis], le 13 novembre et les médias ont couvert cet atterrissage le jour d'après.»

La plateforme de streaming précise par ailleurs que ce morceau avait également bénéficié d'un regain d'intérêt quand Rosetta (la sonde qui portait Philae) s'est mise en orbite autour de Tchouri en août dernier. Et que, de façon plus générale, I don't wan't to miss a thing se démarque régulièrement le jeudi, jour des «throw back thursday», ou «tbt» sur Internet, qui permet de se replonger dans des vieilleries populaires. Ça tombe bien, voilà donc notre tbt du 27 novembre.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio