Partager cet article

Comment empêcher Facebook (et d'autres) de me suivre avec des publicités ciblées

Privacy g4ll4is via Flickr CC License by

Privacy g4ll4is via Flickr CC License by

Sans passer par les bloqueurs de publicité, il est possible d'empêcher certains sites de vous envoyer de la publicité ciblée. Et c'est sans doute plus simple que vous ne l'imaginiez.

Ça faisait longtemps. Facebook mettra à jour ses termes et conditions générales d'utilisation à compter du 1er janvier 2015. Vous avez sûrement vu la notification qui vous attendait mercredi 26 novembre lorsque vous vous êtes connectés au réseau social. Mais, comme tout le monde, vous avez dû fermer la page aussi vite que vous l'avez ouverte.

Parmi les annonces présentées par le géant du Web, «plus de contrôle sur la publicité»:

«Certains d’entre vous nous ont dit qu’il pouvait être difficile de contrôler les types de publicités que vous voyez si vous utilisez plusieurs appareils et navigateurs.»

N'allez pas croire que Facebook donne un mode d'emploi pour installer AdBlock et AdBlock Plus, mais le réseau social évoque directement les publicités ciblées et renvoie vers la European Interactive Digital Advertising Alliance (EDAA) et son site Your Online Choices.

L'EDAA est une organisation fondée par une coalition de l'industrie européenne «qui représente les publicitaires, le secteur de l'agence publicitaire, le secteur marketing direct et le secteur des médias». Elle délivre une sorte de label montrant que tel ou tel site permet à ses utilisateurs de refuser la publicité ciblée. 

Qu'est-ce qu'une publicité comportementale

Selon Oliver Gray, directeur général de l'organisation, intégrer ce programme et payer pour en faire partie (jusqu'à 15.000 euros selon les entreprises) permet à Google, Facebook, Yahoo!, Microsoft... de «montrer qu'elles promeuvent la transparence et le contrôle»Or comme on a pu le voir depuis les révélations Snowden, la confiance des utilisateurs est une des clés du succès des géants du Web.

C'est en effet sur Your Online Choices (édité par l'EDAA) que l'on peut «apprendre comment désactiver la publicité dite comportementale sur plusieurs sites, dont Facebook».

Une fois arrivé sur la version française du site, il faut aller sur «contrôler ses cookies» où l'on découvre que –méga-surprise!– Facebook et bien d'autres entreprises livrent des publicités comportementales à leurs utilisateurs.

Une publicité ciblée, explique l'EDAA, est:

«Une méthode fondée sur les informations concernant votre activité de navigation sur le Web. Elle permet de vous regrouper par centres d’intérêt avec d’autres internautes et d’afficher des publicités d’après ces intérêts communs, sur les sites que vous visitez.

La publicité en ligne reposant sur les centres d’intérêt diffère des autres formes de publicité en ligne telles que la publicité contextuelle qui, elle, est fondée sur vos activités de consultation instantanée d’un site précis (incluant les mots clés de recherche ou le contenu du site web visité).»

Si tout cela n'est pas très clair, Facebook a fait une vidéo explicative disponible à cette adresse. Sur le réseau social, si vous aimez par exemple une série comme Breaking Bad, que vous avez entre 18 et 25 ans... une publicité qui cible ce genre de personnes risque d'atterrir sur votre timeline.

Mais le réseau social est loin d'être le seul de faire de la publicité ciblée. Comme l'explique Your Online Choices:

«Imaginez que vous projetiez un voyage à Rome. Vous visitez la rubrique d’un site web sur Rome et vous consultez quelques articles pour savoir où séjourner et quoi visiter. Lors d’une future connexion, en lisant un article sur votre équipe de football préférée, vous découvrez une offre pour un dîner de deux repas pour le prix d’un seul à Rome ou une offre de location de voiture à prix réduit à Rome. Vous recevez ces publicités spécialement ciblées parce que vous, et d’autres internautes comme vous, avez montré un intérêt pour Rome.»

Concrètement, les publicités ciblées se servent de tout ce que vous laissez sur Internet (grâce aux cookies, notamment), pour vous proposer des produits, services... qui sont susceptibles de vous plaire. Mais ce n'est pas la seule façon de vous suivre à la trace. En juillet dernier, Le Monde avait ainsi repéré une nouvelle technique pour suivre les consommateurs à la trace, le canvas fingerprinting:

«Le principe est assez complexe: lorsqu’un internaute se rend sur une page, un script, c’est-à-dire une série de lignes de code, se met en branle et demande au navigateur de générer une image, invisible pour l'utilisateur. Le navigateur et l’ordinateur, du fait de leurs nombreux paramètres qui varient d’un internaute à un autre, génèrent une image unique pour chaque utilisateur. D’où le nom de "canvas fingerprinting" (fingerprinting signifiant empreinte digitale). Ceci permet, d’un site à un autre, de "reconnaître", et donc suivre à la trace un internaute donné, une mine d’or pour les publicitaires.»

Le directeur-général de l'EDAA, Oliver Gray estime que le service parvient également à désactiver ce genre de publicité ciblée.

Comment supprimer les publicités comportementales

Si vous souhaitez que Facebook et les autres ne puissent pas vous livrer de publicités comportementales, vous avez deux solutions. Vous pouvez donc y aller au bazooka et tout masquer en installant une extension de type AdBlock ou AdBlock Plus. (Certains sites –comme Slate.fr– vivent de la pub et ont besoin que des gens cliquent dessus pour continuer à proposer des contenus gratuitement. Pour regarder certaines vidéos, L'Equipe oblige ainsi ses lecteurs à désactiver leur bloqueur.)

Ou alors, vous pouvez désactiver la publicité comportementale. Pour cela, il suffit de revenir sur la page de l'EDAA qui vous permet de contrôler la gestion de vos cookies. Là, cliquez sur désactiver.

Si vous préférez tout désactiver d'un coup, vous pouvez aussi cliquer en bas sur «refuser toutes les sociétés».

Pour être sûr que rien ne reste, Oliver Gray directeur-général de l'EDAA conseille de vider son cache et supprimer ses cookies. Au total, l'EDAA vous propose de pouvoir le faire sur 92 sites, dont Adobe, AOL, Google et Yahoo!.

Mais vous pouvez également le faire manuellement, sur chaque site. Sur Facebook, on est censé passer par la version mobile:

«Vous pouvez également refuser en utilisant les paramètres de votre appareil mobile.

Il vous suffit de refuser une seule fois. Si vous indiquez que vous ne souhaitez plus recevoir de publicités personnalisées de la part de Facebook sur un téléphone ou un ordinateur, nous appliquerons ce choix sur tous les autres appareils.»

On a cherché mais on n'a pas trouvé comment faire. A chaque fois, nous sommes retombés sur la même page, sans possibilité d'aller plus loin.

Pour Google, il faut se rendre sur la page d'aide des publicités, scroller tout en bas et cliquer sur Découvrir comment désactiver les annonces par centres d'intérêt, les visites antérieures de sites Web et d'autres informations

Puis:

Refuser la publicité comportementale sur certains sites ne changera pas le nombre de publicités visibles. Au lieu de vous retrouver avec de la publicité en lien avec ce que vous avez pu aimer ou commenter sur Facebook ou ce que vous avez recherché dans Google, vous vous retrouverez avec des publicités classiques, sur toutes sortes de produits ou marques.

C'est d'ailleurs ce que le géant du Web précise au moment de la désactivation de cette fonctionnalité: 

Par ailleurs, si vous utilisez le site édité par l'EDAA, il faudra répéter l'action sur tous vos appareils (ordinateur personnel, ordinateur du bureau, smartphone, tablette...) si vous ne synchronisez pas votre navigateur.

Comme le rappelait Will Oremus dans un article sur la confidentialité dont Facebook ne vous parle jamais, la publicité ciblée qu'un seul type d'utilisation de vos données. Facebook, Google et les autres ne vont pas soudainement arrêter de les collecter. Ils ne s'en serviront simplement plus pour aider les publicitaires à vous cibler personnellement.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte