Tech & internetSportsFrance

Rani Assaf, le mystérieux bras droit de Xavier Niel, sort peu à peu de l'ombre

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 26.11.2014 à 12 h 33

Repéré sur Vanity Fair

 Xavier Niel LeWeb11 @ Les Docks Paris par OFFICIAL LEWEB PHOTOS | FlickR licence cc by

 Xavier Niel LeWeb11 @ Les Docks Paris par OFFICIAL LEWEB PHOTOS | FlickR licence cc by

«Le secret le mieux gardé de Xavier Niel» serait à chercher du côté des pelouses du stade de Nîmes, à en croire une enquête de Vanity Fair.

Amateur de foot, Rani Assaf, l'un des membres de la garde rapprochée du patron de Free –qui ne prendrait aucune décision importante sans lui–, a en effet récemment fait les gros titres du Midi Libre, en sa qualité d'actionnaire principal du Nîmes Olympique. Impliqué dans l'affaire dites des matchs truqués, le club de Ligue 2 a vu démissionner son président Jean-Marc Conrad. Et Rani Assaf est présenté comme celui qui «a toutes les cartes en main» pour sortir le club de cette impasse.

Drôle de mise en avant pour un homme présenté par Vanity Fair comme «un obsessionnel du secret, à la limite de la déraison, en particulier quand il s’agit de sa personne».

Il est vrai que comparé à son compère Xavier Niel, cet informaticien de 40 ans est plutôt un homme de l'ombre. Et ce malgré sa très grande importance dans l'odysée d'Iliad, la maison mère de Free. «Présenté comme un simple "directeur technique"», rapporte Vanity Fair, Rani Assaf est en réalité «le deuxième actionnaire individuel du groupe», et gagnerait chaque année davantage que Xavier Niel. A l'origine de la fameuse Freebox, le technicien serait aujourd'hui installé loin de Paris, à Montpellier, où il continue néanmoins à être en relation étroite avec Niel, «parfois entre 2 et 4 heures du matin.»

«Rani» est bien connu de la communauté des experts réseau. Comme le note d'ailleurs Vanity Fair, il a longtemps fréquenté le forum spécialisé du French Networks Operators Group (FRnOG), où il est possible de consulter ses avis sur des questions concernant l'architecture du Net.

Certains spécialistes du secteur minimisent d'ailleurs le côté mystérieux de l'homme, sur lequel Vanity Fair écrit qu'il «prend soin de faire disparaître chacune de ses traces sur Internet». En réalité, comme le remarquent ces commentateurs, il est assez simple de le retrouver sur le réseau. Mais là encore, dans des cercles spécialisés, comme ici, sur le site du gendarme des télécoms français, l'Arcep:

Avec ce portrait, l'histoire de Rani Assaf sort néanmoins des cercles d'initiés. Et vient ajouter une nouvelle brique à celle déjà fournie, très commentée, et savamment alimentée par son principal protagoniste Xavier Niel, de la success story de Free.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte