MondeTech & internet

Ferguson: les Etats-Unis coupés en deux sur Twitter

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 26.11.2014 à 10 h 59

Repéré sur Quartz

Amanda Ashe, manifestante, face à une policière à Emeryville en Californie, après l'annonce du grand jury. REUTERS/Elijah Nouvelage

Amanda Ashe, manifestante, face à une policière à Emeryville en Californie, après l'annonce du grand jury. REUTERS/Elijah Nouvelage

Darren Wilson, le policier responsable de la mort de Michael Brown, ne sera pas poursuivi, a décidé le grand jury chargé de l'affaire (vous pouvez lire les extraits traduits de la déposition du policier en français ici). 

Depuis cette décision, la ville de Ferguson dans le Missouri est de nouveau le théâtre de protestations et de confrontations avec la police, dans un contexte très tendu depuis que le gouverneur de l'Etat a décidé de faire appel à la garde nationale

Mais des manifestants sont aussi descendus dans les rues de plusieurs villes américaines, et aujourd'hui l'Amérique semble coupée en deux sur cette affaire. Et Twitter est sans doute, note le site Quartz, révélateur du climat général aux Etats-Unis.

La statisticienne Emma Pierson présente sur le site une cartographie des débats en ligne et met en évidence la présence de deux groupes aux vues opposées. Des personnes qui viennent de milieux différents, s’ignorent mutuellement la plupart du temps et qui, lorsqu’elles s’apostrophent, se lancent des insultes ou des sarcasmes en guise d’argumentation. 

L'ignorance mutuelle des deux groupes politiques sur Twitter. Emma Pierson. Via Quartz

On distingue sur cette cartographie d'abonnés à Twitter le groupe des «rouges» (c’est-à-dire conservateur aux Etats-Unis) et le groupe des «bleus» (c’est-à-dire libéral progressiste). Ces positionnements politiques se doublent d’une appartenance ethnique différente: les membres du groupe bleu sont aussi plus souvent Africains-Américains.

Quand ils tweetent, les bleus prennent souvent le parti des manifestants qui protestent contre la décision du grand jury de ne pas incriminer le policier de Ferguson. L’une de leurs phrases favorites est:

«L’état d’urgence à #Ferguson ne doit pas servir à violer les droits de l’homme, y compris le droit de protester sans violence. #Ferguson»

Les tweets rouges sont eux clairement solidaires du policier et plus généralement défendent le travail de la police dans le cadre des manifestations:

«#Ferguson Je me sentirais plus en sécurité, si un jour je croisais #DarrenWilson dans la rue plutôt que #MichaelBrown ou la moitié de ceux qui protestent en ce moment!»

L’auteure de cette étude prend garde de ne pas conclure à une influence de l’outil Twitter lui-même sur l’aggravation de ces divisions: la fracture observée sur le réseau social est avant tout la manifestation visible d’une profonde scission entre deux Amériques. 

On peut néanmoins rappeler que Twitter se caractérise par une polarisation très marquée des opinions, due à la présence disproportionnée de voix militantes, comme de nombreuses études sur les opinions politiques tweetées l’ont démontré. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte