Monde

Quand Obama prend la parole pendant les émeutes de Ferguson: un étrange moment de télévision

Temps de lecture : 2 min

Capture du live de MSNBC
Capture du live de MSNBC

A 22 heures (heure de la côte est), Barack Obama s'est adressé à la nation américaine, appelant au calme et à l'apaisement dans la ville de Ferguson, après la décision du grand jury de Saint-Louis de ne pas inculper l'officier de police Darren Wilson, qui avait tué par balle un adolescent non-armé, Michael Brown, en août dernier.

Obama était calme et posé lors de son discours appelant les manifestants à également garder leur sang-froid.

À LIRE AUSSI

Nos articles sur Ferguson et Michael Brown.

Lire

«Il y aura inévitablement des réactions négatives, a-t-il néanmoins affirmé, ce qui attirera les télévisions.»

Alors même qu'il prononçait ces mots, de la fumée s'échappait des rues de Ferguson, où la police tentait de disperser la foule en colère.

Et au lieu de choisir entre le discours de Barack Obama et les scènes de chaos se déroulant dans le Missouri, de nombreuses chaînes ont choisi le split screen, ce procédé qui divise l'écran de télévision en deux, permettant ainsi de montrer chaque scène l'une à côté de l'autre. Résultat: une juxtaposition surréaliste, comme beaucoup l'ont pointé sur Twitter.

Voilà ce que les Etats-Unis ont vu:

Newsletters

Dans la tête de ces Écossais qui ont voté pour le Brexit

Dans la tête de ces Écossais qui ont voté pour le Brexit

Grâce au discours politique du gouvernement Sturgeon, l'Écosse est souvent associée à l'europhilie. Mais au sein de la population, l'Union européenne est de plus en plus mal vue.

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

En Russie, la récupération de vidéos à caractère sexuel est utilisée pour faire chanter ou discréditer les personnalités politiques et économiques depuis les années 1930.

Bernie Sanders fait paniquer les éditorialistes démocrates

Bernie Sanders fait paniquer les éditorialistes démocrates

Un journaliste a comparé la victoire du candidat dans le Nevada à la défaite française contre les nazis en 1940.

Newsletters