Obama: beaucoup de postes clés encore vacants

Slate.fr, mis à jour le 24.08.2009 à 15 h 30

Alors que Barack Obama essaie de se sortir d'un été plutôt compliqué, il lui manque encore la plupart de son équipe. Après sept mois de présidence, moins de la moitié des postes politiques sont pourvus. Des plus de 500 postes de responsables de haut niveau nécessitant l'aval du Sénat, seulement 43 sont actuellement pourvus.

Selon le New York Times, ce chiffre reflète plusieurs phénomènes, et notamment le fait que «la Maison Blanche est devenue plus prudente suite à plusieurs couacs de nomination et que le Sénat enquête de manière exhaustive sur les nominés.»

Beaucoup de postes cruciaux pour la mise en place du programme du président restent ainsi vacants. Obama tente par exemple de gérer le problème des marchés financiers sans avoir de conseiller pour les marchés au sein du département du Trésor. «Il dépense plus d'argent dans les transports que n'importe quel autre président depuis Eisenhower mais n'a pas d'inspecteur général pour contrôler la manière dont sont dépensés les dollars, écrit le journal. Il mène deux guerres mais n'a pas de secrétaire d'Etat aux armées.» Et la liste des postes clés non pourvus est encore longue.

«Si vous dirigez General Motors sans la moitié de vos cadres dirigeants, cela vous semble normal. Je pense que cela rendrait les actionnaires fous» explique Terry Sullivan, professeur à l'Université de Caroline du Nord. Le mois dernier, Hillary Clinton a exprimé l'exaspération de beaucoup dans l'administration Obama. Interrogée par des employés de l'Agence pour le Développement International sur la raison pour laquelle ils n'avaient toujours pas de chef, elle a répondu: «les processus d'autorisation et de contrôle sont un vrai cauchemar. Cela prend bien plus de temps que ce que nous voudrions. C'est extrêmement frustrant.»

Mais Obama n'est pas le premier président à rencontrer des problèmes dans la composition de son administration. L'exemple le plus frappant reste celui de George Bush qui avait reçu la célèbre note de travail «Ben Laden déterminé à frapper les Etats-Unis» en août 2001 mais n'avait toujours pas mis en place son équipe de sécurité intérieure au moment des attentats de 11 septembre.

La présidence d'Obama est déjà bien entamée, et certains nommés de la première heure sont en train de quitter leurs fonctions avant même que le premier tour de nominations soit terminé. Parmi ceux déjà partis, l'homme chargé justement de remplir les postes vides, Donald H. Gips, a quitté son poste de directeur du personnel présidentiel pour prendre ses fonctions d'ambassadeur en Afrique du Sud.

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Barack Obama, Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte