Partager cet article

La Chine inaugure sa «Nouvelle route de la soie» (et le trajet en train le plus long du monde)

Des trains de fret à Wuhan, dans la province chinoise de Hubei, en 2012. REUTERS/Stringer

Des trains de fret à Wuhan, dans la province chinoise de Hubei, en 2012. REUTERS/Stringer

Le 18 novembre, un train de fret est parti de la ville de Yiwu dans l’est de la Chine pour rejoindre Madrid 21 jours plus tard en passant par l’Asie centrale, ce qui en fait la ligne de chemin de fer la plus longue en service (13.000 kilomètres). La ville de départ est une place de marché où se négocient de nombreuses marchandises de petite taille produites dans les usines chinoises.

L’ouverture de cette ligne s’intègre dans un vaste plan de soutien étatique aux infrastructures et à la logistique de plusieurs milliards pour améliorer le transport de marchandises et d’énergie, plan qui porte le nom grandiloquant de «Nouvelle route de la soie», détaille le site Think Advisor. Comme les caravanes qui emprutaient la route mythique, la nouvelle ligne de fret traverse le Kazhakstan, pays qui investit lui-même plusieurs milliards dans cette route pour réduire encore le temps de trajet. 

Reuters explique que cette route commerciale moderne passe par un village près de Chongqing entouré d’entrepôts où les ordinateurs portables de Hewlett Packard et les produits Apple fabriqués par son sous-traitant Foxconn attendent, entre autres produits, d’être expédiés. Une ligne directe reliant Chongqing à Duisburg, en Allemagne, est par ailleurs déjà en service depuis 2011. La Chine veut ainsi progressivement gagner son autonomie dans le transport, secteur dominé par des entreprises occidentales.

L’expédition de marchandises par la mer est certes bien moins chère que le fret, mais à mesure que les usines chinoises se déplacent dans les terres, le temps du voyage en bateau s’est allongé pour approcher les 60 jours: une éternité pour expédier le dernier iPad, comme le note The Economist, alors que l’acheminement par rail prendra deux semaines.

Le magazine note que ce projet répond également à une demande croissante des Chinois pour les produits de luxe européens, qui pourront être expédiés au retour.

Les projets d’infrastructures du gouvernement chinois sont souvent pharaoniques, comme celui, annoncé en mai par la presse chinoise bien qu'encore à l'état de simple suggestion, qui consiste à percer un tunnel de 200 kilomètres sous le Pacifique pour relier le pays aux Etats-Unis en deux jours en train. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte