Égalités

Les journalistes de Bloomberg News devront désormais citer au moins une femme dans leurs reportages

Temps de lecture : 2 min

Un écran de télévision diffuse Bloomberg News, en Chine, en mai 2013. REUTERS/Tyrone Siu
Un écran de télévision diffuse Bloomberg News, en Chine, en mai 2013. REUTERS/Tyrone Siu

Dans son message hebdomadaire aux journalistes, le rédacteur en chef de l'agence de presse Bloomberg News a demandé à son équipe de citer plus de femmes dans leurs articles.

«Tous les reportages Bloomberg News doivent inclure au moins une citation de femme, et il serait préférable qu'autant d'hommes que de femmes soint cités comme sources. Les femmes sont impliquées dans tous les secteurs que nous couvrons. Nos articles doivent refléter cette variété», a écrit Matthew Winkler, dans un email que s'est procuré Talking Biz News.

Il ne s'agit pas d'imposer ce quota pour tous les articles et dépêches de l'agence. Le rédacteur en chef a indiqué que cette règle ne concernait que les reportages longs et les investigations, c'est-à-dire les projets pour lesquels un journaliste a le temps de sélectionner ses sources.

Matthew Winkler précise qu'une liste de 800 expertes est disponible aux journalistes de Bloomberg.

En 2011 en France, un rapport de la Commission sur l'image des femmes dans les médias avait révélé que pour tous médias confondus, 80% des experts invités à donner leur avis étaient des hommes. A la radio par exemple, les hommes experts parlaient en moyenne 25 minutes contre 1 minute 35 pour les femmes.

Ces chiffres avaient mené à la création du guide des expertes: l'édition de 2014 comporte 400 noms de femmes spécialistes qui peuvent éclairer les journalistes dans de nombreux domaines (dont le sport et le gaz de schiste, par exemple).

En 2012, une étude portant sur les articles de 35 journaux américains avait montré que même lorsqu'il s'agissait de sujets comme l'avortement ou la contraception, les hommes experts étaient cités cinq fois plus que les femmes.

Newsletters

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

En mettant le corps parfait de Léa Seydoux dans une position lascive entre des draps pour vendre un sac, Nicolas Ghesquière fait comme s'il n'avait jamais entendu parler de «male gaze».

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

Au cours des confinements et couvre-feux, des femmes victimes et leurs proches ont ouvert les yeux sur leur situation, pendant que les associations et institutions ont mis les bouchées doubles pour leur venir en aide. Il faut continuer à ne rien lâcher.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters