CultureMonde

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les livres de poche ont aidé les soldats américains (et l'industrie du livre)

Repéré par Léa Bucci, mis à jour le 21.11.2014 à 17 h 22

Repéré sur Wall Street Journal

World War II Ration Book. fw190a8 via Flickr CC License by

World War II Ration Book. fw190a8 via Flickr CC License by

Un livre est un ami qui vous fait du bien, surtout en temps de guerre. En 1943, 120.000 millions de livres de poche ont ainsi été fabriqués spécialement pour les troupes américaines qui combattaient en Europe, au nord de l’Afrique et dans le Pacifique, selon l’ouvrage When Books Went to War: The Stories That Helped Us Win World War II, de Molly Guptill Manning, que relaye The Wall Street Journal.

L’idée est née du Conseil des livres en temps de guerre, formé en 1942 par un groupe d’éditeurs américains, et dont le but était de réfléchir à la manière dont la littérature pouvait servir la nation en période de conflit. Ces éditeurs se sont associés au ministère de la Guerre pour fabriquer des livres de poche, qui ont été publiés sous l’étiquette «Armed Services Editions». Le projet a été financé par le gouvernement, tandis que l’Armée et la Marine se chargeaient de l’expédition des ouvrages.

Les livres ont été conçus pour s’adapter au quotidien des combattants. Ainsi, ils devaient être légers, ne mesuraient pas plus de deux centimètres d’épaisseur pour que les soldats puissent les transporter dans leurs poches, et «n’étaient pas destinés à tenir plus de 6 lectures». Le New York Times raconte:

«Le résultat était un livre plus large que haut, avec deux colonnes de texte pour faciliter la lecture sous faible lumière. La véritable innovation, cependant, était moins technologique qu’idéologique. Les éditeurs ont proposé de prendre des livres disponibles seulement sous format relié, et de les produire dans ce format jetable.»

Les préférences des soldats allaient aux romans nostalgiques comme Le Lys de Brooklyn, raconte Molly Guptill Manning, mais aussi à ceux qui décrivaient des scènes sexuelles dans un style très direct.

Ces ouvrages avaient bien sûr un but de divertissement. Mais ils ont aussi participé à soutenir le moral des troupes et à préserver leur santé mentale, en leur offrant un moyen d’échapper à la panique, par exemple lorsqu’ils se trouvaient piégés et sans certitude de ressortir vivants de la situation.

Selon WW Norton, le président du Conseil des livres en temps de guerre que cite le New York Times, la diffusion de ces ouvrages avait aussi un but éducatif: celui de permettre aux soldats et aux marins de garder contact avec «les pensées et la vie quotidienne dans leur pays».

Ce projet a eu des conséquences importantes pour l’industrie du livre. Selon Michael Hackenberg, interrogé par le Wall Street Journal, «il a tout simplement posé les bases du marché de masse». Il a prouvé que la production de livres à des coûts peu élevés permettait de toucher un nouveau public, en l’occurrence celui d’une génération de soldats, et de le fidéliser.

Après la Première Guerre mondiale, les ventes de livres avaient diminué car les soldats s’étaient trouvé d’autres occupations. Pour maintenir les habitudes de consommation des combattants de la Seconde Guerre mondiale, les éditeurs ont continué à produire des livres à bas prix. Le New York Times rapporte:

«De nombreux lecteurs se sont d’abord attachés aux livres de poche et les ont plus tard acheté en format relié, alimentant les ventes et fournissant à l’industrie traditionnelle de l’édition un marché étendu pour ses marchandises.»

Certains ouvrages ont également connu une seconde vie grâce à leur succès auprès des soldats. C’est le cas de Gastby le magnifique, qui s’était mal vendu jusqu’à ce que les éditeurs le sélectionnent pour les publications destinés aux combattants. Ceux-ci évoquaient le livre dans les lettres adressées à leurs familles, et l’ouvrage s’est peu à peu introduit dans les foyers.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte