Science & santé

Il y a des sacs à vomi sur la Lune (mais ils sont vides)

Ben Mathis-Lilley, traduit par Andréa Fradin, mis à jour le 01.12.2014 à 15 h 55

Mise à jour du 1er décembre 2014: contrairement à ce que nous avions écrit dans un premier temps, il semblerait que personne n'ait en réalité vomi sur la Lune. En revanche, comme le précise Slate.com ce 28 novembre, il y a bel et bien des sacs à vomi à la surface de notre satellite. Sauf qu'ils sont vides, précise Elizabeth Suckow, une archiviste qui travaille avec le département historique de la Nasa:

«[...] Les sacs laissés sur la Lune étaient des sacs en plus. Selon Biomedical Results of Apollo, le rapport officiel publié après la mission Apollo par les médecins du programme, si des astronautes ont bien vomi dans l'espace, aucun ne l'a fait durant une mission lunaire.

Les astronautes malchanceux étaient Frank Borman (deux fois, en raison d'une grippe intestinale) d'Apollo 8, Russell Schweickart (deux fois en raison du mal lié au mouvement) d'Apollo 9 et Fred Haise (une fois, en raison d'un virus inconnu) d'Apollo 13.»

Article original du 21 novembre: Un article de la BBC consacré à une initiative britannique visant à envoyer une time capsule sur la Lune vient de relever un fait intéressant:

«La Lune est déjà parsemée de déchets –l'exploration a laissé sa surface jonchée de toutes les choses provenant des modules abandonnés: des balles de golf au sac de vomi d'Apollo 11.»

Et c'est bel et bien le cas, noté juste ici, sur la liste de la Nasa de toutes les choses qu'on a laissées sur la Lune, juste en dessous de «système de collecte d'urine, taille grand.»

Il y est question d'un «Emesis bag». Jetons un oeil à la définition du terme anglais «emesis»:

«The action or process of vomiting»

Le fait donc de vomir.

En réalité, cela va plus loin: en 2012, un article de The Atlantic suggérait qu'il y avait un certain nombre de sacs de vomi sur la Lune, aux côtés d'autres déchets humains. D'ailleurs, les «emesis bags» d'autres missions sont aussi notés dans l'inventaire de la Nasa.

Du vomi lunaire! 

Bon, pour un aperçu moins puérile de l'état actuel de notre satellite, et en particulier de son potentiel en tant que site de recherche scientifique et à visée commerciale, et comme éventuelle zone de transit pour des expéditions spatiales plus éloignées, sachez que la BBC s'interroge aussi sur les textes qui encadrent ce que les humains font sur la Lune. Et se demande en particulier s'ils ont le droit d'y laisser leurs déchets. A priori, non, pas directement. Et même si c'était le cas, il serait bien difficile de le faire respecter:

«"Le traité international qui concerne la Lune ne dit rien sur les déchets, à en croire un avocat cité par le site britannique. Le Traité sur l'Outer Space de 1967 exige des explorateurs qu'ils évitent toute "contamination dangereuse" de la Lune et d'autres corps célestes. Mais il interdit aussi les revendications des territoires dans l'espace et par conséquence, il n'y a aucune autorité centrale qui veille à faire respecter la loi [...] sur la surface lunaire."»

Ce traité n'empêche pas non plus des expérimentations bizarres, telles que celle citée dans un récent article de Kevin Hartnett dans le Boston Globe, «Return to the Moon». Il y est question de l'histoire de cette entreprise de boissons japonaise qui souhaite envoyer l'un de ses produits phare, là-haut, et dont nous vous parlions aussi il y a quelques mois.

 

Ben Mathis-Lilley
Ben Mathis-Lilley (12 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte