France

Quiz: cette phrase a-t-elle été prononcée lors du débat sur le mariage pour tous ou de celui sur le redécoupage des régions?

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 20.11.2014 à 14 h 39

Le mot «mariage» est tellement employé dans le débat sur les collectivités territoriales qu'il est parfois difficile de faire la différence.

A l'Assemblée nationale, le 18 novembre 2014. REUTERS/Charles Platiau.

A l'Assemblée nationale, le 18 novembre 2014. REUTERS/Charles Platiau.

«Après le mariage pour tous, vous voilà, mes chers collègues socialistes, les chantres du mariage forcé.»

Le 17 juillet 2014, le député UMP Yannick Moreau se moquait dans l'hémicycle du projet de redécoupage des régions présenté par le gouvernement, qui vise à diminuer leur nombre, en métropole, de 22 à une petite quinzaine en fusionnant certaines d'entre elles.

Au vu des débats sur le texte (qui en est actuellement à sa deuxième lecture à l'Assemblée), on se rend compte qu'effectivement, le mot «mariage» apparaît souvent. Au point que certaines phrases paraissent toutes droit sorties du débat sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe du début 2013...

D’où ce petit quiz: les phrases ci-dessous ont-elles été prononcées lors du débat parlementaire sur le mariage pour tous ou lors de celui sur le redécoupage des régions?

1. «Le mariage n’est pas une validation des sentiments par la collectivité.»

Réponse: le député UMP Marc Le Fur, lors de l'examen du mariage pour tous.

2. «Il y a une vingtaine d’années, nous avions déjà imaginé un tel mariage.»

Réponse: Le député UDI Philippe Vigier, lors de l'examen du redécoupage des régions, à propos de la fusion Pays de la Loire/Centre.

3. «Pas de mariages, mais peut-être de longues fiançailles qui pourraient d’ailleurs ne pas manquer de charme»

Réponse: la députée PS Nathalie Appéré, lors de l'examen du redécoupage des régions, à propos d'une possible évolution de la Bretagne.

4.«Question fondamentale: est-ce que le mariage, pour vous, est un objectif ou un instrument?»

Réponse: le député UMP Hervé Mariton, lors de l'examen du mariage pour tous.

5. «Je savais qu’il y avait le mariage pour tous, je vois que l’on n’a pas le canton pour tous.»

Réponse: le député UMP Christophe Guilloteau, lors de l'examen du mariage pour tous.

6. «Je souhaite que l’on prenne en compte le fait que des mariages boiteux existent»

Réponse: le député UMP Patrick Ollier, lors de l'examen du mariage pour tous.

7. «Ce ne sont pas ces mariages qui viendront remettre en cause son histoire…»

Réponse: le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lors de l'examen du redécoupage des régions.

8. «On avance l’argument de la complémentarité, mais la complémentarité ne suffit pas forcément pour faire un bon mariage.»

Réponse: la sénatrice PS Hermeline Malherbe, lors de l'examen du redécoupage des régions.

9. «Le mariage n’est pas la carte Navigo! Ce n’est pas comme on veut, quand on veut.»

Réponse: le député UMP Philippe Gosselin, lors de l'examen du mariage pour tous.

10. «Aucun élément consistant ne permet de légitimer ce mariage contre-nature.»

Réponse: le député PRG Jacques Krabal, lors de l'examen du redécoupage des régions, à propos d'une éventuelle fusion Nord-Pas de Calais/Picardie.

11. «Comment justifiez-vous le fait de limiter le mariage à deux? J’attends toujours la réponse»

Réponse: le député UMP Xavier Breton, lors de l'examen du mariage pour tous.

12. «Si nous devons subir [...] ce mariage non souhaité, un nouveau combat s’engagera pour ma génération, un combat qui ne s’arrêtera qu’à l’instant même où cette folie sera abrogée.»

Réponse: le député UMP Laurent Furst, lors de l'examen du redécoupage des régions, à propos du sort de l'Alsace.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte