France

Revoyez les étapes du redécoupage de la carte des régions en un GIF

Temps de lecture : 2 min

La future carte de France à treize régions a été adoptée par les députés, après six mois de redécoupages dans tous les sens.

A gauche, la carte proposée par l'Elysée. A droite, la carte modifiée par l'Assemblée en deuxième lecture
A gauche, la carte proposée par l'Elysée. A droite, la carte modifiée par l'Assemblée en deuxième lecture

Ce jeudi 20 novembre 2014, l'Assemblée nationale a adopté définitivement, en deuxième lecture, la nouvelle carte des régions, qui entrera en vigueur en 2016. Le nombre de régions métropolitaines passera alors de 22 actuellement à 13, après plusieurs redécoupages par les députés et sénateurs.

Retour en un GIF animé sur les étapes du redécoupage, depuis la présentation par l'Elysée de sa première mouture, le 3 juin 2014.

Le 26 juin, la commission spéciale du Sénat avait discuté plusieurs amendements qui modifiaient grandement le découpage de l'Elysée... avant de rejeter toutes ces modifications faute de majorité lors du vote de la commission: la «carte Hollande» a donc été examinée à l'Assemblée en l'état.

Les députés ont voté en commission une seule modification à la carte de départ, rattachant le Limousin à l'Aquitaine. Le 18 juillet, l'Assemblée approuvait une carte modifiée à 13 régions, où ce changement n'apparaissait pas, mais avec deux autres changements par rapport à la carte de l'Elysée: Champagne-Ardenne rejoint à l'est la Lorraine et l'Alsace et se sépare du bloc qu'elle aurait constitué avec la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais.

En deuxième lecture, le 21 octobre, le Sénat, dont la majorité a basculé à droite en septembre, modifie une nouvelle fois la carte et la repasse à 15 régions: Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ne fusionnent plus et l'Alsace reprend son autonomie.

C'est ensuite au tour de l'Assemblée qui, en deuxième lecture, a donc adopté ce 20 novembre la carte définitive à 13 régions: il s'agit d'un retour à l'identique à la carte qu'elle avait déjà votée en juillet, avant qu'elle soit modifiée au Sénat.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters