Partager cet article

Pour créer une vraie Barbie ingénieure-informaticienne, Internet est meilleur que Mattel

Deux pages du livre original

Deux pages du livre original

Un livre pour enfant qui met en scène Barbie dans un métier scientifique, en voilà une bonne idée. Sauf si le livre en question est bourré de clichés sexistes: sur Gizmodo, Pamela Ribon a ainsi relevé toutes les inepties de Barbie - I can be a computer engineer (Barbie - Je peux être une ingénieure en informatique).

Dans l’histoire, Barbie doit créer un jeu vidéo, mais fait appel à deux garçons pour le code parce qu’elle n’y connaît rien, attrape un virus sur son ordinateur et demande –encore– de l’aide à un représentant de la gent masculine pour résoudre son problème, pour finalement retirer toute la gloire du projet.

Heureusement, Internet et son goût de la parodie sont venus à la rescousse de la dignité de Barbie. Casley Fiesler, une étudiante doctorante en informatique à Atlanta a réécrit le livre avec l’aide de sa colocaire, elle aussi étudiante en informatique.

Dans leur version, Barbie est une pro de l’informatique, à la fois développeuse et informaticienne. Et elle en profite pour remettre à sa place ceux qui mettent en doute ses capacités:

«— Est-ce que les gens ont déjà pensé que vous n’étiez pas aussi compétente pour coder parce que vous êtes une femme? demande Barbie.
— Parfois, admet Mme Smith. C’était frustrant parce que j’avais l’impression que je devais prouver ma valeur. Mais j’espère que les filles ne se laisseront pas arrêter par ça. Nous pouvons aussi être ingénieures-informaticiennes. Et c’est vraiment un bon début que vous ayez pris mon cours!

— Si les filles commencent à faire des jeu vidéo, elles enlèveront tous les personnages de filles sexy, murmure Ken. Et ils seront tous sur les chiots ou la manière de se coiffer.

— Ne fais pas l’idiot Ken, dit Barbie. Tu passes bien plus de temps à te coiffer que moi.

Mme Smith se tourne vers Ken:

«Et vu le dernier devoir que vous m'avez rendu, si vous commencez à créer des jeux vidéo, ils tourneront en boucle indéfiniment. Venez donc finir ce code pour calculer des factorielles.»
 

Une certaine Kathleen Tuite a aussi lancé un générateur, le «Feminist hacker Barbie», rapporte The Verge, qui permet à tout le monde de remixer l’histoire pour montrer que oui, Barbie peut être une ingénieure.

Les internautes postent ensuite leurs réalisations sous le hashtag #feministhackerBarbie.

Chez Slate aussi, on croit totalement aux capacités de Barbie en informatique, et on a voulu l'aider dans sa lutte contre les préjugés sexistes.

The Verge conclut: 

«Peut-être que Mattel pourrait employer quelqu'un qui comprenne réellement l’ingénieurie informatique pour écrire la suite?»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte