Santé / Culture

«Vapoter», mot de l’année 2014 pour le Oxford Dictionary

Temps de lecture : 2 min

Au salon «Vapexpo» de Bordeaux. REUTERS/Regis Duvignau.
Au salon «Vapexpo» de Bordeaux. REUTERS/Regis Duvignau.

Je vapote, tu vapotes, il vapote… «Vapoter» s’est déjà imposé dans nos dictionnaires français. Les éditions 2015 du Petit Robert et du Petit Larousse ont ajouté ce verbe à la liste des mots nouveaux, aux côtés de «selfie» ou de «hashtag».

Mais aujourd’hui, fumer une cigarette électronique gagne ses lettres de noblesses: le verbe «to vap» (vapoter en anglais) a été désigné mot de l'année 2014 par le prestigieux Oxford Dictionary.

«Un fossé a émergé dans le lexique, et un mot était nécessaire pour décrire cette activité et la distinguer du fait de “fumer”. Le mot “vapoter” vient combler ce manque, et il a proliféré avec cette activité», explique la direction du dictionnaire dans son communiqué. La radio NPR rappelle de son côté que le mot a mis du temps à s’imposer depuis les années 1980, quand il est apparu pour la première fois.

Si, en surface, ce choix est logique au vu du succès de la cigarette électronique, dont le marché représente près de 2 milliards de dollars par an, il existe des raisons plus profondes. Casper Grathwohl explique au magazine Time que le «vapotage» réunit trois notions fondamentales: la liberté, la santé et la législation.

«Cette activité a été un paratonnerre pour de nombreuses discussions à propos de la position que nous voulons prendre dans la société», déclare-t-il. Et en effet, le vapotage a soulevé de nombreuses questions, comme le souligne le magazine. «La e-cigarette pose-t-elle des problèmes de santé et quelle est sa place dans notre culture? Doit-on l’interdire dans les espaces publics? Le gouvernement doit-il l’encadrer?» Pour l’instant, en France, la ministre de la Santé Marisol Touraine a présenté fin septembre son plan anti-tabac et compte bien bannir la cigarette électronique dans certains lieux publics et en interdire progressivement la publicité.

Dans la liste des mots retenus cette année, on peut aussi noter la présence des «bae», terme familier pour désigner son partenaire, popularisé par les réseaux sociaux et certains rappeurs, ou encore du «normcore», qui désigne une mouvance qui consiste à porter délibérément des vêtements qui ne sont pas à la mode. «Vapoter» l'a finalement emporté.

Le choix 2014 des lexicographes d’Oxford est même, de leur propre aveu, plus sérieux que la cuvée 2013. L’année dernière, le mot de l’année était «selfie».

Newsletters

Au cœur des marchés aux animaux d'Asie

Au cœur des marchés aux animaux d'Asie

«Les plus grandes pandémies ont toujours résulté d'une relation avec les animaux: grippe porcine, grippe aviaire, Ebola, SRAS, MERS, désormais Covid-19, relève Jo-Anne McArthur. Ceux qui pointent le doigt exclusivement vers la Chine...

Difficile de porter un masque pour les personnes atteintes de troubles neuropsychologiques

Difficile de porter un masque pour les personnes atteintes de troubles neuropsychologiques

Objet emblématique de la pandémie de Covid-19, le masque de protection faciale ne va pas sans poser quelques difficultés.

Les trois erreurs qui plombent l'application StopCovid

Les trois erreurs qui plombent l'application StopCovid

Ce projet tout à fait louable s'est écrasé en rase campagne en quelques semaines alors que tous les feux étaient au vert.

Newsletters