Égalités

Et si on arrêtait de parler du mariage gay?

Temps de lecture : 2 min

Ce sujet est devenu la patate froide de la politique française et, à rebours de l'opinion de la majorité, ne sert qu'à faire la promo des prises de position les plus réactionnaires, qui n'intéressent plus beaucoup de monde.

Au Salon du mariage, en avril 2013. REUTERS/Gonzalo Fuentes.
Au Salon du mariage, en avril 2013. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Vous en avez assez, j'en ai assez, tout le monde en a assez. Le piège tendu par Hervé Mariton à Nicolas Sarkozy s'est refermé comme prévu: critiqué à droite comme à gauche, l'ancien Président s'est fait avoir en beauté par les ultra cathos qui, de toute manière, ne voteront plus jamais pour lui (il représente tout ce qu'ils détestent). Le problème, c'est qu'on s'en fout de Sarko. Pendant ce temps, les personnes LGBT se trouvent elles-mêmes enfermées dans un agenda qui les dépasse, faute de le contrôler.

La France n'arrête pas de payer pour le mariage pour tous. Chaque semaine, les médias LGBT font apparemment leur travail de veille en relayant l'avis de la moindre personnalité politique sur l'abrogation éventuelle de la loi. Vous ne savez pas quoi faire? Dites une saloperie sur le mariage gay, les médias LGBT sont un bon RP! Sans coordination, sans autorité, ils persévèrent dans la même erreur commise face à Christian Vanneste il n'y a pas si longtemps: servir d'écho à des prises de position qui n'intéressent plus beaucoup de monde. Il suffit de regarder le peu de relais de ces articles sur Twitter ou Facebook. A quoi bon entretenir un sujet qui n'attire pas de lecteurs? N'avons-nous pas de meilleures histoires à raconter?

Oui, nous sommes instrumentalisés, parce que nous laissons faire. Au lieu de crier au scandale d'une abrogation imaginaire (on verra bien en 2017!), nous entretenons une actualité qui est la patate froide de la politique française et qui, finalement, fait la promo des plus réactionnaires. Comme le dit un tweet sarcastique et populaire de ces derniers jours: «Je trouve que c'est très bien de relancer le débat sur le #mariagepourtous parce qu'on avait un peu survolé la question la 1ère fois.» Touché! Plus de mille retweets!

Si une majorité de 68% dans le pays approuve le mariage gay, les sondages devraient désormais questionner l'opinion sur le ras-le-bol de cette affaire. On arriverait probablement à 97% de blasés (moins les 3% de cathos tradis). Sarko veut abroger? Mais on s'en fout, on sait très bien que Sarko n'a jamais eu le moindre avis sincère sur la question!

Ce mariage gay bâtard, qui limite l'adoption et la PMA, ne sera sûrement pas la plus belle réussite du quinquennat Hollande. Au contraire, c'est devenu une peste politique, un marronnier que l'on nous ressort chaque année au mois de novembre, comme si l'actualité ne fourmillait pas assez de nouvelles désespérantes. Comme le rappelle un autre tweet, le 17 novembre 2014 est le deuxième anniversaire de la première Manif pour tous. Supeeeer. Deux années à se faire taper dessus.

Comme un marteau, chacun utilise le mariage gay pour taper sur son adversaire: Hervé Mariton, qui exploite cyniquement le sujet contre la gauche, et le PS aussi, qui foire tout ce qu'il touche. Au milieu, les pauvres pédés et lesbiennes, qui s'étonnent toujours de se voir manipulés dans les «hautes sphères» de la politique. Ils ont tellement envie d'être aimés, ces LGBT, vous savez. Ils sont tellement gentils qu'ils ont oublié d'envoyer des tartes à la crème à tous ces gens qui les insultent tous les jours depuis maintenant deux ans.

Newsletters

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Il y a quatre-vingts ans, 999 jeunes Slovaques qui croyaient partir travailler dans une fabrique de chaussures ont dû construire le futur camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Tout l'héritage laissé par la juge RBG, icône féministe et progressiste, pourrait bien partir en fumée à cause d'une mauvaise décision prise en 2014.

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

Souvent résumée à une réaffirmation de la jurisprudence Roe v. Wade, la décision Planned Parenthood v. Casey de 1992 a considérablement affaibli le droit à l'IVG aux États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio