Economie

Vente d'Opel: Berlin s'impatiente

Slate.fr, mis à jour le 23.08.2009 à 8 h 20

Le monde politique allemand a réagi avec irritation samedi 22 août au nouveau report par General Motors (GM) de sa décision sur le choix du repreneur de sa filiale européenne Opel, qui emploie 25.000 personnes dans le pays.

Réuni le 21 août le conseil d'administration de GM n'a pris aucune décision dans ce dossier qui est devenu un enjeu politique majeur en Allemagne à l'approche des élections législatives du 27 septembre. Le ministre allemand des Affaires étrangères, le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier, dont le parti affrontera celui d'Angela Merkel le 27 septembre, a assuré qu'il allait se battre pour faire adopter le projetde reprise d'Opel par l'équipementier canadien Magna.

Le gouvernement allemand soutient lui aussi le projet de Magna. Dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung publiée le 21 août, la chancelière Angela Merkel se disait «très sceptique» concernant l'offre concurrente du groupe de capital-investissement RHJ International, basé en Belgique. Le ministre allemand de l'Economie, Karl-Theodor zu Guttenberg, a déclaré croire qu'un accord était encore possible avec Magna et a souligné que les discussions allaient se poursuivre, mais de nombreuses personnalités politiques allemandes montrent maintenant des signes d'exaspération.

Jürgen Rüttgers, ministre-président de Rhénanie du Nord-Westphalie, le Land allemand le plus peuplé où se trouve l'usine Opel de Bochum, a jugé «intolérable» ce nouveau délai. «Il revient désormais au gouvernement des Etats-Unis de prendre ses responsabilités pour pallier les faiblesses de la direction de GM et mener à une décision acceptable», a-t-il dit dans un communiqué.

Selon des sources proches du dossier, les administrateurs de GM veulent savoir quel financement Berlin serait prêt à apporter pour soutenir l'offre de RHJ. Le conseil d'administration de GM doit se réunir à nouveau début septembre et Magna resterait le favori.

Deux points seraient à l'origine du report de la décision par le conseil de GM. Le premier serait que Berlin demanderait au constructeur américain d'intervenir si l'aide publique allemande s'avérait insuffisante, le second que GM veut toucher des royalties d'Opel pour l'utilisation de sa technologie.

Kurt Beck, ministre-président, également social-démocrate, du Land de Rhénanie-Palatinat, où Opel est aussi présent, trouve «totalement inacceptable» qu'une décision n'ait toujours pas été prise et a demandé une intervention directe de Merkel. Roland Koch, son homologue conservateur du Land de Hesse, s'est dit "profondément agacé" par l'absence de décision. «Toutes les questions valables ont été réglées entre GM et Magna. Ce retard est absolument injustifié», a-t-il dit.

Outre une aide de plusieurs milliards d'euros promise par les gouvernements des pays européens dans lesquels Opel a des usines, le gouvernement allemand s'est engagé à verser une aide de 4,5 milliards d'euros au constructeur si General Motors choisit l'offre Magna.
Le codirecteur général de Magna, Siegfried Wolf, avait suscité l'espoir d'un accord imminent en annonçant la semaine dernière avoir conclu un accord de principe avec General Motors pour la reprise de 55% des parts d'Opel.

Mais l'un des principaux négociateurs de General Motors, John Smith, a souligné par la suite à plusieurs reprises les aspects positifs de l'offre de RHJ, qui lui semble plus facile à mettre en oeuvre que celle de Magna.

General Motors, qui sort de la protection de la loi sur les faillites et d'un plan de restructuration drastique supervisé et financé par le gouvernement américain, a annoncé cette semaine la vente de sa filiale suédoise Saab au fabricant local de voitures de luxe Koenigsegg.

Lire l'article complet du Wall Street Journal

Image de Une: REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
AllemagneGMOpelLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte