Science & santé

Message à l'univers: petite histoire de la communication interstellaire

Ella Morton , traduit par Andréa Fradin, mis à jour le 16.11.2014 à 13 h 11

C'est le 40e anniversaire du message Arecibo, transmis du télescope Arecibo à direction de Messier 13, un amas globulaire stellaire situé à plus de 22.000 années-lumière. L'occason de revenir sur tous les messages adressés par l'humanité à d'éventuelles civilisations extraterrestres.

Le télescope Arecibo | H. Schweiker/WIYN and NOAO/AURA/NSF Domaine public via Wikimedia

Le télescope Arecibo | H. Schweiker/WIYN and NOAO/AURA/NSF Domaine public via Wikimedia

Ce 16 novembre 2014 marque le 40e anniversaire du message Arecibo, sorte de message interstellaire transmis du radio-télescope Arecibo, à Porto Rico, en direction de Messier 13, un amas globulaire stellaire situé à plus de 22.000 années-lumière.

Le contenu de ce message a été fixé par l'astrophysicien en fondateur du SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) Frank Drake, avec l'aide de personnalités telles que Carl Sagan (célèbre scientifique américain, à l'origine de la série Cosmos, première version, et du livre ayant inspiré le film Contact). 

Il utilisait une chaîne de 1.679 chiffres binaires, l'idée étant que la civilisation extraterrestre qui recevrait le message reconnaîtrait ces 1.679 chiffres comme des nombres semi-premiers et multiples de 23 et 73. «Ah!, penseraient-ils alors (dans leur langage à eux, évidemment), cette chaîne binaire d'origine inconnue est fort intrigante. Regardons cette information selon une grille 23 par 73 et voyons ce qu'il en ressort!»

Quand les 1 et les 0 sont mis dans une grille, le résultat est un résumé pixélisé de l'humanité. En sept parties.

La première partie du message montre les nombres de 1 à 10. Viennent ensuite les numéros atomiques du carbone, de l'hydrogène, de l'oxygène, de l'azote et du phosphore. Une représentation très simple de la double hélice de l'ADN arrive ensuite. Puis, une image tout en blocs d'un humain, une représentation de la position de la Terre dans le système solaire -avec Pluton, pour aborder un sujet toujours soumis à controverse, montré comme une planète- et une image du télescope Arecibo qui, pour un oeil de 2014, ressemble surtout au logo de Gmail.

Même si les gens de Messier 13 avait répondu promptement à ce message, nous devrions toujours dû attendre au moins 43.960 années avant de recevoir leur réponse. Mais le message Arecibo n'a jamais été perçu comme une authentique communication interstellaire -bien plus comme une démonstration de la puissance du télescope Arecibo. L'antenne parabolique a été améliorée en 1974 et la transmission numérique de trois minutes, envoyée ostensiblement à une civilisation alien, était un peu à l'époque le centre d'attention de la fête.

Les habitants supposés de Messier 13 pourraient ne jamais devenir nos correspondants, mais l'alléchante recherche de communication interstellaire dans l'univers continue à séduire l'espèce humaine. Depuis que le message Arecibo a été transmis dans l'univers, au moins huit autres messages radio interstellaires ont été diffusés dans le ciel -tous, dans les 15 dernières années.

En 2001, l'astronome russe Aleksandr Zaitsev et un groupe d'adolescents russes ont enregistré une série de transmissions connue sous le nom du «Teen Age Message». Ciblant six étoiles situées entre 45,9 et 68,5 années-lumière, les messages comportaient de la musique traditionnelle russe et les travaux de compositeurs classiques comme Beethoven et Vivaldi. Toute cette musique était jouée au theremin - Aleksandr Zaitsev qualifiait le message de «premier concert de theremin pour extraterrestres.»

Envoyé du Planetary Radar en Crimée, la transmission fut le premier message radio musical envoyé dans les étoiles. Il y en a eu d'autres: en 2008, la Nasa a envoyé la chanson des Beatles «Across the Universe» effectivement à travers l'univers, en visant l'Etoile Polaire.

Le «Teen Age Message» envoyé de Crimée en 2001 | Rumlin/Creative Commons licence cc by sa

La question du meilleur moyen pour communiquer avec les extraterrestres est l'une des préoccupations du SETI. Plus tôt cette semaine, l'organisation a tenu un atelier en Californie sur le thème «Communicating Across the Cosmos». L'un des sujets récurrents était l'obsession de l'humanité pour elle-même.

En composant des messages interstellaires, nous tendons à penser que les destinataires comprendront ce que nous essayons de dire. Mais la connaissance scientifique et la physiologie des civilisations non-humaines pourraient être si différentes des nôtres qu'une composition de Beethoven ou un humain représenté en personnage bâtons pourraient bien être totalement indéchiffrables.

Même le langage mathématique supposé universel pourrait ne pas être la lingua franca de l'univers. Lors d'une conférence toujours organisée par le SETI, Carl DeVito a posé une question énigmatique:

«Les nombres naturels, 1, 2 ,3, 4..., sont-ils uniquement des créations de l'esprit humain ou existent-ils de manière indépendante?»

Vous pouvez avoir un aperçu de son exposé ici, mais pour information, voilà sa réponse:

«Je pense que les nombres naturels existent indépendamment de nous. Le reste des mathématiques, néanmoins, existe peut-être nulle part ailleurs que dans nos esprits.»

Des huit messages interstellaires envoyés depuis 1999, le premier à avoir attent sa cible sera «A Message From Earth», envoyé à la planète extra-solaire Gliese 581 c en octobre 2008. Son arrivée est prévue début 2029.

Le coeur de Messier 13, cible du message Arecibo | ESA/Hubble and NASA/ Domaine public

La transmission, pensée comme une capsule temporelle numérique, a été réalisée par feu RDF Digital -une filiale de la boîte de production britannique responsable de la série Wife Swap- et Bebo, un réseau social déclaré en faillite en 2013.

Les quelques 501 photos et messages inclus dans la transmission ont été sélectionnés par les utilisateurs de Bebo, via un vote en ligne. Dans quinze ans, à peu près, les résidents de Gliese 581 c (s'il y en a), recevront un déluge d'informations sur des popstars anglaises dépassées.

Mais si chaque transmission interstellaire a un ton, et un contenu, qui varient radicalement, elles reflètent toutes ce même message:

«Nous sommes là. C'est nous.»

Si elles atteignent ou non d'autres civilisations est presque hors sujet. Les chances de résumer l'humanité à un public extraterrestre est une tâche séduisante, de celles qui nous permettent de nous sentir importants alors même que nous habitons, comme l'a écrit Carl Sagan dans Pale Blue Dot:

«un confetti dans l'immense et obscure enveloppe cosmique.»

 

Ella Morton
Ella Morton (21 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte