Sports

La Coupe du monde 2026 aura lieu en Enfer: le bel exclusif du Telegraph

Temps de lecture : 2 min

Photo originale REUTERS/Christian Hartmann, retouchée par Slate.fr.
Photo originale REUTERS/Christian Hartmann, retouchée par Slate.fr.

C'est un joli scoop gorafiesque qu'ont obtenu nos confrères du Telegraph, qui annoncent en exclusivité que l'organisation de la Coupe du monde 2026 a été accordée à l'Enfer, après la publication d'un rapport de la Fifa considérant qu'il n'y avait «aucune raison» de considérer cette candidature comme invalide.

Ce rapport de 666 pages (forcément) écarte les objections comme quoi la température serait trop élevée pour jouer au football ou des violations des droits de l'homme seraient commises par Lucifer («un exemple pour la famille du football») et ses sbires. Il pointe les «installations de premier ordre» de l'Enfer, notamment «son système de cercles très bien organisés où les fans peuvent écouter des vuvuzelas et regarder jusqu'à la fin des temps l'Angleterre affronter l'Allemagne aux tirs au but»: «Je pourrais passer l'éternité ici», note un délégué de la Fifa, cité par le Telegraph.

(Si arrivé à ce stade de cette lecture, vous êtes persuadé que tout est vrai, nous vous conseillons de vous reporter à cet autre article du Telegraph, qui vous raconte comment la Fifa a blanchi le Qatar de tout soupçon concernant l'attribution du Mondial 2022.)

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters