Culture

La maison du «Parrain» de nouveau en vente

Temps de lecture : 2 min

Le Parrain. Paramount
Le Parrain. Paramount

2,89 millions de dollars, soit 2,32 millions d'euros. C'est ce qu'il va falloir débourser si vous voulez vous offrir l'une des maisons les plus iconiques du cinéma.

Maison Parrain

La demeure de Don Vito Corleone, que l'on peut voir dans Le Parrain de Francis Ford Coppola (Oscar du meilleur film en 1972) est en vente aux Etats-Unis. Située au 100 Longfellow Avenue à Staten Island, cette demeure a notamment servi au mariage de Connie (Talia Shire), la fille de Don Vito Corleone (Marlon Brando), rappelle The Guardian.

La maison a été construite dans les années 1930 et la famille Norton l'avait rachetée en 1951. En 1970, un homme est venu frapper à la porte des Norton pour leur expliquer que la Paramount voulait tourner un film sur leur propriété.

Pendant un an et demi, la maison des Norton et tout le quartier ont été transformés en plateau de tournage d'Hollywood, détaille la Fox, qui avait rencontré Ed Norton (le fils), quand celui-ci avait décidé de mettre en vente la maison, en 2010. La famille l'avait finalement cédée contre 1,7 million de dollars (un peu plus de 1,35 million d'euros)

Contrairement à ce que l'on voit dans le film, un grand mur n'entoure pas la propriété, et l'intérieur n'est pas celui du Parrain, rappelle Staten Island Advance. «Seul l'extérieur a été utilisé lors du tournage du film, mais le propriétaire actuel [qui a racheté la propriété en 2012] y a fait plusieurs travaux. Certains ont été faits dans le but de faire correspondre l'intérieur de la maison à ce que l'on voit dans le film.»

Fox News explique ainsi que parmi les pièces rénovées, se trouve un bureau au rez-de-chaussée «qui ressemble à celui où Marlon Brando accueille les quémandeurs et ceux qui viennent le féliciter le jour du mariage de sa fille, Connie».

Au total, la maison fait 580m2 et compte cinq chambres, sept salles de bain, ainsi qu'une salle de sport et une salle de jeux, détaille The Guardian. Il y a aussi une piscine, précise Staten Island Advance.

Reste désormais à savoir qui sera celui ou celle qui fera une offre que l'on ne peut refuser.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio