Tech & internet

Twitter a-t-il mis en place une arme anti-troll?

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 13.11.2014 à 18 h 25

Repéré sur The Verge, BBC, The Guardian

Dans sa lutte contre le harcèlement sur son site, Twitter aurait décidé de lancer un filtre pour bloquer les messages d’insultes et de menace.

Le Parlement britannique souhaite pouvoir condamner les trolls et harceleurs en ligne à une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prisons.  Photo Wikimedia CC par Adrien Pingstone

Le Parlement britannique souhaite pouvoir condamner les trolls et harceleurs en ligne à une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prisons. Photo Wikimedia CC par Adrien Pingstone

Luciana Berger, députée travailliste britannique, a été la victime d’un tweet antisémite en octobre. Un utilisateur avait alors posté une photo d’elle en ajoutant sur son visage une étoile de David et un message «Hitler avait raison». Il a par la suite été condamné à trois mois de prison. Certains utilisateurs de Twitter ont alors commencé à harceler la députée. Depuis, le parlement britannique a mis en place des projets de loi pour éviter que cela se reproduise et bannir les trolls d’Internet, comme l’expliquait la BBC.

«Si on peut interdire à des gens d’aller dans certains bars ou certains matchs de football… Alors la même chose devrait être possible pour certaines parties des réseaux sociaux, ou, si nécessaire, pour Internet tout entier», déclarait alors John Mann, député lui aussi victime de harcèlement.

Selon The Verge, Twitter aurait déjà fait un grand pas en avant en censurant désormais certains tweets jugés inappropriés grâce à un filtre. Car depuis quelques semaines, Luciana Berger ne reçoit plus de menaces, ou presque. «Si un compte tente de la mentionner dans un tweet qui contient certaines insultes, il reçoit alors un message d’erreur, et le tweet ne peut pas être envoyé», affirme le site. Si les dirigeants de Twitter ne mentionnent pas officiellement l'usage d'un tel outil, selon un de ses anciens ingénieurs, qui préfère rester anonyme, un système de filtres a bien été mis en place: «Il n’existe pas officiellement d’outil prévu pour censurer la communication entre les individus... Ce n’est pas normal ce qu’ils font», dit-il, avant de citer BotMaker, un outil anti-spam qui peut «nier tout tweet» répondant à certains critères selon Twitter.

Situation délicate et vraie contradiction pour Twitter qui prône depuis toujours la liberté d’expression. Le réseau social serait donc en train de devenir, comme l'expliquait il y a quelques mois The Guardian, un «censeur sélectif». «Si Twitter a décidé de faire des choix éditoriaux, même de façon limitée, il est vital que ses critères soient clairement et ouvertement visibles à l'avance», estimait alors le journal.

Mesures officielles ou pas, cela n’a pas empêché les harceleurs de trouver des moyens détournés pour envoyer leurs messages. Désormais, pour éviter d’être censurés, The Verge explique qu'ils «mettent par exemple des espaces en chaque lettres des mots d'insultes, ou des photos pour éviter la censure». Un site suprématiste blanc propose même des techniques pour passer au travers du blocage, afin de «continuer, quoi qu'il arrive».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte