Life

Microsoft, Yahoo! et Amazon unis contre Google

Slate.fr, mis à jour le 22.08.2009 à 15 h 16

L'ambitieux projet de Google de scanner des millions de livres pour sa bibliothèque virtuelle rencontre de nouveaux opposants et pas n'importe lesquels, ses adversaires historiques et autres poids-lourds de l'internet que sont Microsoft, Yahoo! et Amazon.

Ces trois mastodontes ont uni leurs forces à une coalition emmenée par un avocat réputé de la Silicon Valley pour s'opposer au développement de la librairie en ligne de Google. Les trois groupes ont rejoint l'«Open Book Alliance» rapportent le New York Times et le Wall Street Journal. La présentation formelle de cette alliance devrait être faite la semaine prochaine.

L'Alliance a l'intention de contester en justice un accord amiable conclu en octobre entre Google, des auteurs et des éditeurs. Cet accord doit permettre de solder une plainte en nom collectif, en date de 2005, contre la librairie en ligne du numéro un mondial des moteurs de recherche. Google a accepté de payer 125 millions de dollars en échange de l'abandon des poursuites et de la mise en ligne des copies de millions d'ouvrages. Le moteur de recherche a aussi accepté de partager les revenus publicitaires, 37% lui revenant et 63% allant aux détenteurs des droits sur ces ouvrages. Cet accord est en cours d'examen par le ministère de la Justice américain sur des questions de concurrence.

Outre Microsoft, Yahoo! et Amazon, la coalition est formée d'associations de bibliothèques et de défense des droits d'auteur. Elle est menée par l'avocat Gary Reback, qui avait convaincu le ministère américain de la Justice d'ouvrir une enquête sur les pratiques anti-concurrentielles de Microsoft dans les années 1990.

L'accord conclu par Google «a des implications anti-concurrentielles énormes, qui vont très loin, et dont on est juste en train de se rendre compte», déclare Gary Reback au New York Times.

L'Alliance entend contester l'accord sur le fond devant le ministère de la Justice, et aurait également l'intention de porter le dossier devant un tribunal fédéral new-yorkais, qui a prévu une audience préliminaire de 7 octobre.

L'Alliance devrait encore accueillir de nouveaux membres comme la Special Libraries Association et la New York Library Association pour les bibliothèques et l'association de journalistes et d'écrivains American Society of Journalists and Authors.

L'opposition à la bibliothèque virtuelle de Google n'est pas nouvelle et c'est un projet majeur de Google depuis de nombreuses années. Après la conclusion de l'accord à l'amiable, le cofondateur de Google Sergey Brin avait déclaré: «les vrais gagnants sont les lecteurs. L'immense richesse de connaissances que renferment les livres du monde va être maintenant au bout de leurs doigts».

Lire l'article complet sur le New York Times

Image de Une: REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte