Tech & internetCultureEconomie

Tremblez Spotify, Deezer, Beats et les autres! YouTube lance son offre de streaming musical

Jordan Weissmann, traduit par Andréa Fradin, mis à jour le 13.11.2014 à 15 h 39

Extraits de la vidéo officielle de Google.

Extraits de la vidéo officielle de Google.

Après des mois de préparation (et de vilaines guéguerres avec les artistes), YouTube, filiale de Google, a annoncé ce 12 novembre qu'elle lançait un service d'abonnement musical. Le nom: YouTube Music Key. Le prix de départ: 7,99 dollars par mois au lieu de 9,99 dollars.

Pour le moment, le service est seulement sur invitation et en version beta. Mais cela marque le début de ce qui ressemble à la première tentative de Google pour s'enraciner fermement au coeur de l'industrie musicale.

Deux remarques ici –une précise et une plus générale.

Le point précis: cela ressemble à une bonne offre et Spotify devrait être inquiet

YouTube est déjà, de fait, le plus grand site de streaming au monde. Mais il ne s'est jamais montré particulièrement utile pour chercher des albums entiers ou pour les écouter d'affilée.

L'entreprise veut changer ça. Bientôt, les internautes vont pouvoir facilement consulter toutes les discographies des artistes et naviguer dans des playlists. Ceux qui s'abonneront à la version payante de l'application auront leur musique sans publicité, pourront la faire tourner tout en consultant d'autres applications sur leur téléphone (ce que ne permet pas YouTube pour le moment) et regarder des vidéos tout en étant déconnectés.

Tout ceci est bien joli, mais peut-être pas suffisant pour convaincre la plupart des fans de musique de mettre la main à la poche pour un abonnement mensuel. Mais voilà un détail qui devrait faire peur aux services de streaming déjà sur le marché: ceux qui s'abonneront au nouveau service de YouTube auront aussi une adhésion complémentaire à Google Play Music, l'équivalent Google de Spotify, désigné par le nom pas franchement engageant de «Google Music Play All Access» (certes, YouTube Music Key n'est pas non plus un coup de maître, mais ça a au moins le mérite d'être succinct). 

Jusque-là, le service de streaming de Google n'a pas vraiment réussi à gagner en popularité, tout comme son équivalent de l'iTunes Store, Google Play. Mais maintenant que YouTube offre un service qui grosso modo se résume à un Spotify-plus mais pour 2 dollars de moins par mois, au moins au départ, on peut imaginer que Google parviendra enfin à siphonner les fans de musique pour les ramener dans son réseau de services.

Le point général: que cela plaise ou non à Taylor Swift, le streaming c'est le futur

C'est une drôle de coïncidence que cette annonce arrive si rapidement après la décision de Taylor Swift de retirer son catalogue de Spotify (et, bizarrement, pas de YouTube) et de qualifier le streaming de «grande expérience» qui ne rémunère pas les artistes correctement. Et le pire, c'est qu'elle pourrait bien avoir raison. Mais il reste très clair que les acteurs qui pèsent le plus lourd aujourd'hui dans l'industrie musicale (les majors) n'en ont rien à faire.

La première chose à garder en tête à propos des services tels que Spotify, Youtube Music Key, ou la compagnie détenue par Apple, Beats Music (sur le point d'être rebaptisée), c'est que les trois majors qui représentent 90% des ventes de l'industrie (Sony, Warner et Universal) ont un pouvoir de vie ou de mort sur elles.

Si l'une de ces entreprises décide de ne pas céder ses droits et l'accès à ses catalogues, alors aucun service ne peut raisonnablement s'attendre à survivre. Mais les trois géants ont fait le calcul qu'il valait mieux un marché du streaming prospère pour lutter contre le piratage, qui a représenté pendant longtemps une menace existentielle pour leur business.

La plus grande preuve de leur amour du streaming est peut-être le fait qu'ils ont signé des accords avec des services comme Beats et YouTube, malgré le fait qu'ils détiennent une large part des actions de Spotify (qu'ils ont reçues à la place des royalties que la plateforme aurait dû verser). Ils ne veulent donc pas simplement la croissance de leur propre service. Ils veulent tout un réseau de sites en concurrence pour attirer les fans de musique.

 

Jordan Weissmann
Jordan Weissmann (8 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte