Allemagne / Économie

En Allemagne, les électeurs des Verts sont ceux qui prennent le plus souvent l'avion

Temps de lecture : 2 min

Un avion de la Lufthansa au-dessus de Munich, le 29 octobre 2014. REUTERS/Michael Dalder.
Un avion de la Lufthansa au-dessus de Munich, le 29 octobre 2014. REUTERS/Michael Dalder.

Alors que le parti écologiste allemand réclame depuis des années une limitation du trafic dans l'espace aérien européen ainsi qu'une augmentation des prix des billets d'avion, ses électeurs seraient plus nombreux à prendre l'avion que ceux des autres partis politiques allemands, rapporte l'hebdomadaire Der Spiegel:

«D'après le ministère de l'Environnement, il n'y pas de façon de se déplacer plus nuisible à l'environnement que l'avion. On peut donc attendre des électeurs d'un parti écologiste qu'ils utilisent les transports aériens de manière particulièrement économe. En fait, c'est le contraire: pas un seul parti représenté au Bundestag n'a autant d'adhérents qui ont pris l'avion au moins une fois l'an dernier.»

L'hebdomadaire cite les résultats d'un sondage commandité par le BDL, la Fédération allemande de l'économie du transport aérien, qui a tout intérêt à ce que ce mode de transport en pleine expansion ne soit pas freiné par les préoccupations écologiques de la sphère politique. Selon ce sondage, 49% des électeurs des Verts affirment avoir pris l'avion au moins une fois lors des douze derniers mois, contre 42% chez les adhérents du parti de la gauche radicale Die Linke, 36% chez ceux de la CDU (chrétiens-démocrates) et 32% chez ceux du SPD (sociaux-démocrates). Aucun sondé qui dit voter pour les Verts affirme d'ailleurs n'avoir jamais pris l'avion dans sa vie, alors que c'est le cas d'environ 15% des membres des trois autres partis consultés dans le cadre du sondage.

La majorité des personnes qui soutiennent le parti écologiste ne se réjouissent par contre pas de la récente démocratisation des transports aériens: 52% ont répondu «non» à l'affirmation «c'est une bonne chose que beaucoup de gens puissent se permettre de voyager en avion aujourd'hui», contre seulement 23% parmi les adhérents de la CDU et du SPD et 31% parmi ceux de Die Linke.

Cet écart entre le discours tenu par les électeurs des Verts et leur comportement, à ranger dans la catégorie des peu glorieux petits arrangements avec soi-même, inspire au quotidien Der Spiegel ce commentaire cinglant:

«De nombreux voyages d'affaires peuvent certes aussi se faire en train – lorsque l'environnement est vraiment important aux yeux de ceux qui voyagent. De plus, les résultats laissent à penser que les Verts […] prêchent surtout le renoncement pour les autres.»

Une remarque du chercheur Martin Kroh, membre de l'Institut allemand de recherche économique (DIW) et spécialiste de l'électorat des Verts allemands, vient tempérer ces résultats tranchés. Comparés aux électeurs des autres partis, ceux du parti écologiste sont en général jeunes, ont fait de bonnes études et gagnent bien leur vie. Parce qu'ils seraient amenés entre autres à voyager plus souvent pour leur travail, ceux-ci auraient donc une plus grande propension à prendre l'avion, avance le chercheur:

«Toutes ces caractéristiques pourraient se rattacher de manière positive à l'utilisation de l'avion.»

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters