Culture

Avant «Interstellar», Hollywood aimait déjà réciter du Dylan Thomas: la preuve en vidéo

Temps de lecture : 2 min

«Do not go gentle into that good night/Old age should burn and rave at close of day/Rage, rage against the dying of the light.»

Dans Interstellar de Christopher Nolan, on entend à plusieurs reprises, récitée par les personnages –et en premier lieu par Michael Caine–, la villanelle Do not go gentle into that good night («Ne rentre pas tranquillement dans cette douce nuit») de Dylan Thomas, écrite par le poète gallois deux ans avant sa mort en 1953.

Or, ce n'est pas la première fois que la télé ou le cinéma américain puisent dans ce poème.

Nos confrères de Slate.com ont ainsi réalisé un petit montage entremêlant images et sons d'Interstellar à ceux de la série Les Griffin, des films A fond la fac (1986) et My Girl (1991) ou encore de Independence Day (1996), où le président Bill Pullman utilise une version légèrement modifiée d'un de ces vers.

Newsletters

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Ce lundi, l'acteur est mort d'un cancer, à l'âge de 69 ans.

Les différences entre «La Chronique des Bridgerton» de Netflix et les livres

Les différences entre «La Chronique des Bridgerton» de Netflix et les livres

Les romans de Julia Quinn ont servi de source d'inspiration, mais la réalisatrice Shonda Rhimes a pris bon nombre de libertés avec le récit d'origine.

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Jusqu'au XIXe siècle, le couvre-feu était la norme

Ce qui s'apparente à une mesure militaire est, au regard du temps long, d'abord une mesure de police chrétienne visant à mieux différencier le cycle du jour de celui de la nuit.

Newsletters