Culture

Avant «Interstellar», Hollywood aimait déjà réciter du Dylan Thomas: la preuve en vidéo

Temps de lecture : 2 min

«Do not go gentle into that good night/Old age should burn and rave at close of day/Rage, rage against the dying of the light.»

Dans Interstellar de Christopher Nolan, on entend à plusieurs reprises, récitée par les personnages –et en premier lieu par Michael Caine–, la villanelle Do not go gentle into that good night («Ne rentre pas tranquillement dans cette douce nuit») de Dylan Thomas, écrite par le poète gallois deux ans avant sa mort en 1953.

Or, ce n'est pas la première fois que la télé ou le cinéma américain puisent dans ce poème.

Nos confrères de Slate.com ont ainsi réalisé un petit montage entremêlant images et sons d'Interstellar à ceux de la série Les Griffin, des films A fond la fac (1986) et My Girl (1991) ou encore de Independence Day (1996), où le président Bill Pullman utilise une version légèrement modifiée d'un de ces vers.

Slate.fr

Newsletters

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je n'attendais rien des nouveaux épisodes de la série culte et j'étais un âne de penser de la sorte.

Newsletters