Science & santé

«J'en veux à l'homme qui est devenu mon mari et je n'arrive plus à le laisser me toucher»

Lucile Bellan, mis à jour le 11.11.2014 à 18 h 26

Cette semaine, Lucile répond à une femme qui n'éprouve plus de désir pour son mari, dont elle pense cependant être toujours amoureuse.

"Image François Pascal Simon Gérard" par François Gérard - License CC Wikimedia Commons.

"Image François Pascal Simon Gérard" par François Gérard - License CC Wikimedia Commons.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du coeur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. 

Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Bonjour, Voilà. J'ai trente ans. J'ai choisi d'avoir deux enfants en quatre ans, j'ai dix kilos à perdre et je ne prends plus beaucoup soin de moi. Ma carrière a ralenti un peu. Tout cela est frustrant. J'en veux à l'homme qui est devenu mon mari et je n'arrive plus à le laisser me toucher. Depuis la naissance de notre premier enfant, notre vie sexuelle, qui était jusque là tout à fait satisfaisante pour lui comme pour moi, s'est quasiment arrêtée. C'est moi qui bloque. Nous avons dû faire l'amour trois fois cette année. La conception de notre deuxième enfant il y a deux ans a été savamment calculée. Une fois le bébé en route, je ne pouvais plus.

J'ai mal. À chaque fois. Maintenant, le désir a totalement disparu. Inquiète pour mon homme qui pourrait exprimer son mécontentement ou du moins son envie plus souvent ou avec plus d'insistance, je m'étais mise en tête il y a un an de m'attaquer au problème. Mais impossible de «me forcer». Et puis arrive la question: dois-je me forcer? Dois-je lui faire subir mon problème? Je suis tellement peu intéressée. Le désir est mort. Mais il n'en reste pas moins mon compagnon de vie, le très bon père de mes enfants, et, je crois, l'homme que j'aime. Quel est mon rôle et quel est le sien dans ce problème?

Cet été j'ai senti un changement, la volonté d'essayer. Nous étions en vacances, je l'ai vu plus détendu, peut-être un peu plus à l'écoute que dans la vie de tous les jours. Je me suis dit que nous allions nous sortir enfin de cette impasse. Mais lorsque j’ai tenté de lui expliquer le lien entre son écoute quotidienne et nos rapports sexuels, il n’a pas compris. J'aimerais que son attitude change, que nos problèmes de vie quotidienne se résolvent pour que notre vie sexuelle reparte. Seulement voilà: pour lui, nos problèmes sont liés à l'absence de vie sexuelle, qui est donc ce que nous devons changer en premier. Je peux le concevoir aussi. Consciente de mon problème, j'ai commencé une thérapie l'année dernière mais cela n'a rien déclenché en moi. 

Cela fait maintenant 3 ans que ça dure... Que faire? Quelle technique? Quelle drogue?! Je vous assure, physiquement, le peu de fois où nous avons essayé, j'ai eu si mal. Je n'ai même pas envie qu'il m'embrasse.
Merci,
Frigide triste

Chère Frigide triste, Rappelez-vous d’abord que vous êtes la première à souffrir de la situation. Que le problème n’est pas la relation que vous avez avec votre mari mais bien votre propre rapport au désir et à votre corps. Et vous n’êtes pas seule. Quand vous abordez votre problème, vous évoquez d’abord votre maternité, puis l’image que vous avez de votre corps, et enfin vos difficultés professionnelles. Et je sais que vos journées de maman ne sont pas propices à la montée du désir. Non, vous n’avez pas à vous forcer. Vous n’avez pas à vous faire violence, psychologiquement et physiquement, pour garder votre mari et vous donner l’impression que vous faites ce que vous avez à faire. Une vie sexuelle épanouie n’est pas une ligne à barrer dans votre liste d’aspirante wonder-woman. 

En revanche, en avoir conscience et donc avoir envie de changer les choses est déjà un premier pas dans la résolution de ce problème. Commencez par le commencement: puisque vous parlez de souffrance physique et vous avez eu deux enfants en 4 ans, il est temps de prendre rendez-vous chez votre gynécologue pour un check-up. Avez-vous d’ailleurs bien pratiqué votre rééducation périnéale? Je ne dispose pas de tous les éléments, mais certains traumatismes physiques liés à la grossesse et à l’accouchement peuvent expliquer une souffrance durable après coup, ainsi qu’un besoin inconscient de vous protéger.

Ensuite, cherchez à prendre le temps de vous réapproprier votre nouveau corps. C’est le moment, à nouveau, de prendre soin de vous. Il faut être pragmatique. Vous avez 10 kilos à perdre? Voyez un nutritionniste. Vous ne supportez plus votre reflet dans la glace? Allez chez le coiffeur et faites-vous conseiller pour une nouvelle routine maquillage. Toutes les femmes, après l’expérience de la maternité, passent par cette phase plus ou moins longue de réappropriation du corps et d’acceptation du changement. Vous êtes une nouvelle personne: prenez le temps de vous connaître et de vous aimer. Bien sûr que le désir n’a pas de place dans une vie stressante et faite de frustrations. Bien sûr que vous n’avez pas envie de prendre et de donner du plaisir alors que vous n’assumez déjà pas qui vous êtes. Et il n’y a que vous qui pouvez résoudre ce problème. Séduisez-vous d’abord avant de chercher à séduire votre conjoint (ou quiconque). C’est quand vous serez redevenue une femme épanouie que vous serez plus à même de reprendre une communication équilibrée avec celui qui partage votre vie. Le mot clé est plaisir. Prenez du recul par rapport à votre vie actuelle, votre vie de mère et d’épouse. Vivez aussi pour vous. Plus heureuse et épanouie, je ne doute pas que le désir revienne de lui-même.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte