Culture

Pourquoi l'annonce d'un «Toy Story 4» n'est peut-être pas une si bonne nouvelle

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 08.11.2014 à 17 h 44

Repéré sur The Verge, Quartz, FlavorWire

Le quatrième Toy Story sortira en 2017 au cinéma. PIXAR

Le quatrième Toy Story sortira en 2017 au cinéma. PIXAR

Il y aura bien un Toy Story 4. Pixar a annoncé ce jeudi 6 novembre qu'un quatrième volet de la franchise arriverait au cinéma le 16 juin 2017, aux Etats-Unis. Le réalisateur du premier film, John Lasseter est de retour aux commandes, détaille The Verge.

Que des bonnes nouvelles! Oui, mais en fait, pas vraiment.

Pour beaucoup de fans, la fin de Toy Story 3 était parfaite. Elle concluait la série que des millions d'enfants ont regardé en s'identifiant à Andy. Avec Toy Story 3, eux aussi arrivaient au début de leur vie d'adulte, et Toy Story évoquait parfaitement cette transition. La fin d'une histoire, le début d'une autre.

(La musique a été remplacée par celle de l'épisode final de Lost)

L'autre problème remarque FlavorWire, c'est «la malédiction du quatrième film».

«Si vous cherchez une franchise qui était toujours aussi bien à l'épisode quatre, le constat est assez accablant.»

En effet: Scream 4Les Dents de la mer 4, Superman IV, Batman & Robin, Shrek 4, Pirates des Caraïbes: La Fontaine de Jouvence, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal... La liste présente sur le site est très longue et a de quoi faire peur à tous ceux qui tiennent à Toy Story.

«Toy Story, Indiana Jones, Scream, Pirates des Caraïbes, et Spy Kids plus particulièrement, sont des séries où la boucle semble avoir été bouclée après le troisième film. Et dans le cas des trois derniers, la franchise aurait dû s'achever avec le troisième épisode et on n'aurait pas dû en tourner un quatrième. Mais les personnes derrière ces succès n'ont pas pu s'en empêcher. 

A partir du quatrième film, il est difficile de convaincre le public qu'il a besoin de voir ce nouveau volet. La lassitude est réelle et le public est cynique; si la franchise n'avance pas, il peut estimer que la seule motivation était de se faire un peu plus d'argent sur une franchise qui ne demandait pas cela. C'est pourquoi beaucoup de réalisateurs intelligents ont choisi d'arrêter après le deuxième ou le troisième volet. C'est aussi pourquoi certaines (Spider-Man, les Jason Bourne, Evil Dead ou Transformers) préfèrent recommencer à zéro.»

Mais comme le souligne Quartz, il a aussi des exceptions à cette règle: Mission Impossible, Star Trek, Die Hard, Harry Potter...

«Il est certainement possible de faire un quatrième film génial. [...] Et si une franchise est bien capable de le faire, c'est Toy Story

C'est d'ailleurs ce qu'a expliqué John Lesseter, le réalisateur du premier volet, dans un communiqué qu'a repris The Verge:

«Nous ne voulons pas faire quoi que ce soit avec ces personnages si ce n'est égaler voire surpasser ce que nous avons fait avant. Toy Story 3 terminait l'histoire d'Andy avec Buzz et Woody de façon si parfaite que pendant très longtemps, nous n'avons même pas évoqué l'idée d'en faire un nouveau. 

Mais quand Andrew [Stanton, le réalisateur du Monde de Nemo], Pete [Docter, le réalisateur de Là-Haut], Lee [Unkrich, le réalisateur de Toy Story 3] et moi avons eu cette nouvelle idée, je ne pouvais plus m'empêcher d'y penser. C'était tellement génial que je savais que je devais faire ce film –et je voulais le réaliser moi-même.»

Vers l'infini et au-delà!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte