Monde

La Californie réduit les peines pour la drogue, ça fera des économies

Temps de lecture : 2 min

L'Etat abandonne sa politique d'incarcération de masse.

Des détenus en Californie en 2013. REUTERS/Max Whittaker
Des détenus en Californie en 2013. REUTERS/Max Whittaker

Le 4 novembre, plus de 58% des électeurs de Californie ont approuvé une mesure (la «proposition 47») qui fait de la possession de drogue un délit mineur et réduit les peines minimum pour les infractions non violentes.

Comme cette loi est rétroactive, des milliers de détenus devraient être libérés dans les mois à venir, explique le Los Angeles Times. Avant le passage de la loi, une personne arrêtée pour possession d'héroïne ou de métamphétamine risquait une peine de plus d'un an de prison. Depuis la victoire du oui, le passage en prison, s'il est décidé par le juge, sera considérablement plus court.

Selon les estimations, la réduction du taux d'incarcération permettra d'économiser des centaines de millions de dollars annuellement. Cet argent sera réinvesti, entre autres, dans les centres de désintoxication, le traitement des malades mentaux et la prévention de l'échec scolaire. Des mesures censées, à long terme, contribuer à réduire la population carcérale.

Ce vote est d'autant plus significatif qu'il y a vingt ans, les électeurs de Californie avaient approuvé par référendum la fameuse loi des «trois coups» (three strikes), qui sanctionnait très lourdement les récidivistes, même non violents. Suivant cette mesure, être arrêté deux fois pour vol et une fois pour possession de drogue pouvait entraîner des condamnations à plus de vingt-cinq ans. Environ quatre mille Californiens avaient ainsi été condamnés à la prison à perpétuité pour trois infractions non violentes.

Il y a deux ans, un autre référendum approuvé à 69% des voix –la proposition 36– avait déjà permis de réduire les peines des détenus condamnés dans le cadre de la loi des «trois coups», notamment lorsque les juges estimaient qu'ils n'étaient pas dangereux pour la société.

Dans Mother Jones, le journaliste Shane Bauer explique que l'incarcération de masse est devenue extrêmement impopulaire dans le pays, même chez les conservateurs, qui ont bien vu que la surpopulation carcérale coûtait cher aux contribuables. Contrairement à ce qu'on aurait pû penser, la campagne pour le oui à la proposition 47 en Californie a en effet été soutenue financièrement par un multimillionnaire plutôt habitué à donner de l'argent aux candidats républicains.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters