Culture

«Interstellar» ressemble à un engin spatiotemporel mal construit, qui ne décollerait jamais

Jean-Michel Frodon, mis à jour le 07.11.2016 à 16 h 52

Le réalisateur croit à la possibilité d’un cinéma ultra-spectaculaire qui peut faire place à une réflexion complexe. Mais ici il a échoué.

Interstellar ©Paramount

Interstellar ©Paramount

Le dixième long métrage de Christopher Nolan est un étrange engin spatiotemporel, dont l’aérodynamisme reposerait sur une base énorme et assez informe qui irait en s’effilant à mesure que le film avance. 

Les premiers étages de l’énorme fusée (une bonne heure et demi) sont fabriqués avec un amalgame de thèmes convenus, ponts aux ânes de la science-fiction fermement agrippée à la mythologie américaine. Curieusement, tout y est à la fois schématique et empesé, la description d’une vie sur terre tentant de réinventer une possibilité de survie après une catastrophe écologique qui revient pourtant, l’existence d’être surnaturels guidant l’humanité vers une possible rédemption, l’envoi d’une mission spatiale pour découvrir dans une autre galaxie une planète alternative, les paradoxes temporels associés au voyage à travers les années-lumières et à proximité des trous noirs. 

A quoi s’ajoute la très prévisible triple dose de sentimentalisme familialiste, cette fois à base de relation fusionnelle papa-pilote de fusée et fifille visitée par des visions. Deux excellents acteurs, Matthew McConaughey et Jessica Chastain sont ainsi réduits à des emplois crispés sur une grimace pour elle, deux pour lui.

Recycler des trouvailles 

On sait que l’espace réel est encombré par des tonnes de débris, l’espace du cinéma de SF est, lui, encombré de débris des précédents films dans le même contexte, et si 2001 et Gravity sont ici les deux références les plus évidentes, le vaisseau spatial armé par Nolan ne cesse de télescoper d’innombrables autres scories, qui ne peuvent que ralentir sa course. Le réalisateur recroise même certains de ses propres reliefs, par exemple lorsque la seule idée pour inventer (encore!) une planète inconnue à l’écosystème inédit est de faire surgir d’une mer uniformément plate des vagues vertigineuses, mais qui sont surtout des réminiscences de l’extraordinaire soulèvement des immeubles parisiens dans Inception.

Il y a en effet une grande différence entre remettre sur le métier les motifs de prédilection d’un auteur (ce qui est bien l’enjeu de ce film) et recycler des trouvailles visuelles, surtout si elles sont nettement moins intéressantes la deuxième fois. Les motifs de prédilection de Christopher Nolan, qui vont finir par s’installer au cœur du film et lui offrir sa matière la plus intéressante, concernent deux enjeux liés mais tout de même différents et qui, ensemble, fournissent une assez belle approximation de ce qu’est le métier de metteur en scène.

Il s’agit du temps, et s’il s’agit de la possibilité de composer, d’associer, de synchroniser des composants hétérogènes. La remise en cause du caractère linéaire et à sens unique du temps était le sujet même du premier film qui fit remarquer Nolan, Memento, et le matériau travaillé avec finesse, inventivité et brio par Inception. La puissance de transformation du monde, ou de la perception du monde, grâce à la bonne coordination d’actions et de personnes, était la clé du passionnant Le Prestige, un des meilleurs films sur le spectacle (donc sur le cinéma et sur l’organisation sociale) des 20 dernières années.

Complexités inutiles

Cette fois-ci, tout l’énorme arsenal d’arguments plus ou moins scientifiques, de gadgets visuels, de débordements sentimentaux et d’énigmes magiques qui constituent les premiers deux tiers vise à finalement créer l’occasion de mettre en scène de manière explicite une succession de synchronisations –entre humains et robots, entre homme et femme, entre deux machines en principe inaptes à se brancher l’une sur l’autre, entre générations… Et surtout, grâce à un pur coup de force de mise en scène, entre des êtres séparés par des milliards de kilomètres et par des décennies.

Bande-annonce d'Interstellar

Reprenant la figure théorique au centre d’Inception, qui est clairement la matrice épurée de ce film inutilement alambiqué, la cohabitation de plusieurs temporalités est ici matérialisée par un décor unique et abstrait, seul moment où est approché un rêve passionnant de Nolan, l’accès à une dimension supplémentaire, au lieu de l’emboitement des décors différents correspondant aux différentes strates de rêve, et de temporalité, du précédent film.

L’emboitement à la M.C. Escher d’espaces différents qui sont en fait le même endroit (la chambre de la petite fille) mais à des moments différents reprend là aussi un motif visuel entrevu dans Inception,  de manière effectivement créative, et féconde –aussi parce qu’elle opère la seule proposition un peu osée du film, le remplacement de la transcendances (les êtres surnaturels) par un ensemble de phénomènes physique, même si la physique n’est pas (encore) capable de les expliquer complètement.

L'échec de la réflexion dans le grandiose

Christopher Nolan est un cinéaste qui croit à la possibilité d’un cinéma ultra-spectaculaire qui peut faire place à une réflexion complexe, y compris par le biais de dialogues philosophiques ou scientifiques. Il en a offert un accomplissement remarquable avec ses trois Batman, surtout le deuxième (The Dark Knight), sur des thèmes classiques de la philosophie politique.

Mais ici, la plupart des enjeux mobilisés pour alimenter l’intrigue, à commencer par l’état de la planète et les possibles réponses aux inexorables crises écologiques de demain, sont abandonnées sans l’ombre d’un scrupule. Interstellar se retrouve ainsi coincé entre un gigantisme qui ne peut s’expliquer que par l’obligation de répondre à un surdimensionnement hollywoodien que rien ne justifie à l’intérieur du film (lequel pourrait sans mal durer une heure de moins) et un projet abstrait, formel, d’ailleurs possiblement intéressant, mais qui ne s’incarne jamais en personnages tant soit peu crédibles ou attachants.

Au sein du cinéma américain à grand spectacle, Christopher Nolan incarne aujourd’hui, avec David Fincher, la possibilité d’une idée ambitieuse du cinéma menée à bien à l’intérieur du système des studios portés sur le gigantisme et l’ultrasimplisme. Cette fois, malgré quelques scènes réussies, le réalisateur anglais semble surtout cumuler les écueils liés à ces deux pôles, la surenchère spectaculaire et la recherche formelle.  

Interstellar

De Christopher Nolan, avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine, Jessica Chastain.

Sortie le 5 novembre | Durée: 2h49

Voir sur Allociné

 

Jean-Michel Frodon
Jean-Michel Frodon (497 articles)
Critique de cinéma
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte