Culture

Et si Banksy était une femme?

Temps de lecture : 3 min

Alors qu’un documentaire sur son aventure à New York sera bientôt diffusé, la question devient récurrente.

Banksy Girl and Heart Balloon Photo Flickr CC par Dominic Robinson
Banksy Girl and Heart Balloon Photo Flickr CC par Dominic Robinson

Depuis une quinzaine d’années, l’anglais Banksy continue d’exposer son art militant dans les rues du monde entier. On peut citer comme l’un de ses plus gros coups d’éclat son Lanceur de fleurs, taggué sur un mur de Jérusalem en 2003, et qui se positionnait comme un symbole de paix. Et pourtant, durant toutes ces années, personne n’a jamais réussi à mettre un nom ou un visage avec certitude sur l'artiste. Une frustration telle qu’elle génère sans cesse de nouvelles hypothèses. Notamment celle selon laquelle Banksy pourrait être une femme.

Ce qui est une hypothèse intéressante. Après tout, nombre de street artists sont des femmes, comme le rappelait le Huffington Post il y a quelques mois, en listant dix noms intéressants.

Et cela pourrait justifier que l’on ait tant de mal à découvrir l’identité de l’artiste: il ne ressemble peut-être pas à ce que l’on croit. «Personne ne peut trouver Banksy car ils estiment que c’est un homme», explique ainsi l’artiste canadien Chris Healey, qui affirme depuis 2010 que Banksy est une équipe de sept artistes menée par une femme.

Un art «féminin»

Mais de quels autres arguments dispose-t-on pour affirmer que Banksy est une femme? Surtout d’hypothèses sexistes en réalité. Comme l’illustre un article du site Citylab. Le journaliste Kriston Capps estime que c’est la vision même de l’art développée par Bansky qui trahirait son sexe.

S'il est vrai que la figure de la femme est plus présente dans les productions de Banksy que chez d'autres street artists, le journaliste se fend de plusieurs clichés. Il estime que le travail de l'artiste «montre une plus grande capacité à se mettre à la place de quelqu’un d’autre (c’est vrai pour ses thématiques de justice sociale mais aussi dans sa manière d’anticiper l’interaction avec celui qui verra son travail).»

Kriston Capps explique aussi qu'aujourd'hui, à l'ère d'Internet dans le monde de l'art, les meilleurs artistes du «selfie» sont des femmes et que cela constituerait un argument en faveur de sa théorie...

Certes comme le faisait remarquer la romancière Joyce Carol Oates dans une interview à Slate, le fait d'être une femme, donc assignée à une place particulière dans la société, induit une vision différente des choses. Les femmes «voient ce qui les concerne, comme un noir, un immigré… (...)» mais associer le style d’un art à un sexe est aussi vieux que l’art lui-même et démenti tant de fois par tant d'exemples...

Dans le flou

Reste que Banksy est introuvable. Et que ses rares apparences relèvent d’un très grand flou.

En 2003, le Guardian avait rencontré dans un pub de Bristol un homme se présentant comme Banksy. Mais le journaliste n’était pas convaincu de son identité à la sortie du face à face car, comme le lui avait dit l’homme en face de lui: «Vous n’avez aucune garantie de quoique ce soit.»

En 2010 dans Faites le mur!, un faux documentaire fomenté par Banksy pour dénoncer les dérives de l’art contemporain un homme apparaissait caché derrière un masque et une voix transformée, se présentant comme l’artiste. Mais comment être sûr qu’il ne s’agissait pas là d’un nouveau tour de passe-passe de sa part (comme le film tout entier)?

Fin octobre, le site parodique National Report affirmait que Banksy avait été arrêté par la police, mettant fin à son anonymat. Même l’ancienne députée Louise Mensch s’était laissée berner par l’article, comme le raconte le Telegraph.

L’information, évidemment fausse, a longtemps été relayée sur les réseaux sociaux avant d'être démentie. Ses fans étaient rassurés, personne n’a percé le mystère Banksy pour le moment.

L’artiste est maître de son image, et continuera de garder son identité secrète pour une raison simple: son art est illégal, et le jour où il fait tomber le masque, qu’il soit un homme ou une femme, son travail s’arrête.

Newsletters

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio