Culture

Design: Tessa Koot, à tout casser

Temps de lecture : 2 min

A l'occasion de la Dutch Design week qui vient de s'achever, la designeuse néerlandaise présentait sa dernière collection, «House of Destructo».

© Ronald Smit
© Ronald Smit

L'univers de Tessa Koot se nourrit d'une imagination sans limites, s'appuie sur un story telling fort, souvent troublant (voire obscur), s'exprime à travers une curiosité avide des matériaux et des techniques. La designeuse néerlandaise touche au bois, se frotte au marbre, étire le cuir, plisse le métal. Diplômée de la Design Academy Eindhoven en 2003, Tessa Koot a ensuite fourbi ses outils et développé son sens du bizarre à Rotterdam, auprès de l'Atelier Van Lieshout (célèbre pour ses maisons-matrice en forme d'organes et de tronc féminin, ou le «mini-capsule-hôtel» qui a échoué sur la plage privée de Brad Pitt).

A l'occasion de la Dutch Design week qui vient de s'achever, elle présentait sa dernière collection, House of Destructo. Tessa Koot, dans le double rôle de designeuse et de commissaire, s'est entourée d'artisans aux talents variés pour peaufiner sa dernière folie: des meubles et objets d'art aux généreuses dimensions, mêlant tradition, beaux-arts et techniques contemporaines. Une série d'improbables chaises-éventail en métal entièrement plissé à la main par le designer Ben Hohmann («Bend it like Ben»), un bas-relief kitchissime en façade d'un placard, un tableau de bois de chêne en intarsia –technique de marqueterie par incrustation venue d'Italie au 14e siècle– de 450 cm sur 375 cm («Bruna says Intarsia»), une imposante table de marbre et d'acier qui réinterprète le style Art Déco...

House of Destructo, © Ronald Smit

Bend it like Ben & Pieces of Ard white chair © Ronald Smit

House of Destructo © Ronald Smit

Bruna Says Intarsio © Ronald Smit

Avec «House of Destructo», la designeuse a souhaité «abattre les murs de ses propres conventions et de son introversion, en tant que praticienne». Vous n'avez rien compris? Aucune importance. Une exposition des œuvres de Tessa Koot, c'est un peu comme un film de David Lynch: on tangue entre fascination et incompréhension.

The Italian, The Turkish and The Dutch, black marble table © Ronald Smit

The Italian The Turkish and The Dutch lilac and grey marble © Ronald Smit

Dreams of a Nightmare © Ronald Smit

Le cahier de tendances Lancia Trendvisions propose une explication du style de Tessa Koot: «Ne lui parlez pas de "timeless design", elle vous répondrait que son design ressemble à une coupe de cheveux des années 1980, braillarde et fière de l'être. Pourtant, de ses objets démodés émerge un nouvel équilibre, fruit d'associations et d'un goût tout personnel.» Inclassable, donc.

Bend it like Ben & Pieces of Ard blue chair © Ronald Smit

Bend it like Ben & Pieces of Ard black chairs duo © Ronald Smit

Bi-Winning Marble & Steel © Ronald Smit

Elodie Palasse-Leroux

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters