Parents & enfants

[Vidéo] Le «J’ai mangé tous les bonbons d’Halloween de mes enfants» de 2014

Temps de lecture : 2 min

Chaque année depuis 2011, l’animateur Jimmy Kimmel lance le même défi aux parents américains: convoquer leurs enfants, leur dire «j’ai mangé TOUS tes bonbons d’Halloween parce que j’avais faim», filmer leur réaction et poster le résultat sur YouTube.

La version 2014 vient d’être mise en ligne et elle prouve 1) que le procédé est encore loin de s’essoufler 2) que les enfants sont vraiment des drama queens 3) que même si ça n’est pas très charitable, on peut rire très fort quand des enfants pleurent (de même que quand ils tombent).

Il faut préciser qu’il s’agit évidemment d’une blague: les enfants pourront récuperer leurs sucreries et les parents leur expliquent à chaque fois qu’il s’agissait d’un défi lancé par l’animateur du Late Night Show (ce qui avait suscité un gracieux «well, tell him to suck my balls» de la part d’un petit garçon en 2011)

Par ailleurs, cette année, le #YouTubechallenge s’accompagne d’une campagne d’appels aux dons: les telespectateurs et internautes sont invités à envoyer des friandises aux troupes américaines.

Enfin, comme pour chaque crû, la séquence comporte l’image assez déconcertante d’un enfant qui ne se formalise pas du tout de s’être fait piquer tous ses bonbons. Ici, le petit garçon va même jusqu’à prendre sa mère dans ses bras en lui disant que «ça va aller».

Pour revoir la version 2013

Et pour un autre défi génial –celui de «leur offrir des cadeaux pourris à Noël»:

Slate.fr

Newsletters

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Parcoursup, une certaine vision de la société

Parcoursup, une certaine vision de la société

La nouvelle organisation de la répartition des futurs étudiants et étudiantes ne s'est pas faite sans heurt.

Que change le principe de «majorité numérique» aux droits des adolescents?

Que change le principe de «majorité numérique» aux droits des adolescents?

Les textes sur le traitement des données personnelles des mineurs et mineures qui entrent en vigueur ce mois-ci sont une première en France.

Newsletters