Sports

La Ligue 1 a connu son premier limogeage, mais n'est pas le championnat le plus dangereux pour les entraîneurs

Grégor Brandy, mis à jour le 03.11.2014 à 20 h 05

Claude Makelele a été démis de ses fonctions le 3 novembre. REUTERS/Benoît Tessier.

Claude Makelele a été démis de ses fonctions le 3 novembre. REUTERS/Benoît Tessier.

Claude Makelele n'est donc plus l'entraîneur de Bastia. Battu à Guingamp (1-0), samedi 1er novembre, l'ancien milieu de terrain du Real Madrid a donc été limogé à l'issue de la douzième journée. Le club corse pointe actuellement à la 19e place du championnat de France de Ligue 1 avec un point de retard sur Lens, premier non-relégable.

Makelele est le premier entraîneur à quitter son poste lors de cet exercice. En regardant sur les dix saisons précédentes, on remarque cependant que cette première éviction arrive assez tard. En moyenne, le premier entraîneur est limogé ou démissionne après la septième journée. 

Le record de la plus longue longévité sur cette période remonte à la saison 2009-2010 quand le coach du Mans, Paulo Duarte, avait été démis de ses fonctions après la seizième journée. En 2008, Michel Der Zakarian n'avait eu le droit qu'à trois petites rencontres avant d'être remplacé à la tête du FC Nantes (il a retrouvé son poste aujourd'hui).

Par ailleurs, l'Espagne, depuis la première journée, en est déjà à trois entraîneurs évincés, de même que l'Allemagne. L'Italie et le Portugal en comptent un chacun et l'Angleterre zéro. Comme nous l'expliquions à l'occasion du départ de Sir Alex Ferguson de Manchester United, la France n'est pas le pays où les entraîneurs valsent le plus:

«Si on regarde de plus près la longévité moyenne, en nombre de saisons consécutives à la tête de la même équipe première, des entraîneurs des clubs de première division des six grands championnats, l'Angleterre se détache nettement, avec 4,4 saisons consécutives de moyenne. Mais la France, qui suit avec 2,9 saisons de moyenne, est un peu plus "équilibrée" puisqu'elle est le seul pays dont plus de la moitié des entraîneurs en sont au moins à leur troisième saison consécutive à la tête du même club. L'Allemagne arrive au même niveau, avec 2,8 saisons de moyenne.»

Aujourd'hui, la moyenne française a un peu reculé et est de 2,5 saisons consécutives en moyenne. Quant aux entraîneurs les mieux implantés, le football européen a longtemps été dominé, justement, par Alex Ferguson (27 saisons consécutives) mais c'est aujourd'hui un Français qui domine le classement: Arsène Wenger, avec 19 saisons consécutives à Arsenal. 

Derrière lui, l'écart est énorme, puisque le second du classement est aussi un Français, Alain Casanova (Toulouse) avec 7 saisons, à égalité avec Jürgen Klopp (Borussia Dortmund). Il faut dire que trois coachs qui comptaient plus de dix saisons à la tête de leur équipe, Thomas Schaaf (Werder Brême), David Moyes (Everton) et Christian Gourcuff (Lorient), en sont partis ces derniers mois.

Christophe Galtier suit juste derrière: l'entraîneur stéphanois vient d'entamer sa sixième saison à la tête des Verts, un exploit. Avant le début de la saison 2013-2014, les Cahiers du Foot relevaient ainsi que le club de la Loire fait partie des équipes où il est le plus difficile de rester en placeEn France, Guy Roux est resté 36 saisons consécutives à la tête de l'AJ Auxerre, dont 20 en première division.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (439 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte