Monde

L'effrayant message d'absence du bureau d'un banquier suspecté du meurtre de deux femmes

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 03.11.2014 à 18 h 47

Repéré sur Bloomberg, Daily Mirror, The Huffington Post

La police a découvert les corps de deux prostitués dans son appartement de Hong Kong, l’une presque décapitée et l’autre caché dans une valise depuis plusieurs jours.

Boss Photo Flickr CC par Petras Gagilas

Boss Photo Flickr CC par Petras Gagilas

Rurik Jutting était un banquier britannique en poste à Hong Kong, où il travaillait pour Bank of America. Peu de temps après sa démission, comme le rapporte l'agence de presse Bloomberg, les personnes qui lui ont envoyé un mail ont reçu une réponse automatique inquiétante:

«Je suis parti du bureau. Indéfiniment. Pour des requêtes urgentes, ou n’importe quelle requête, merci de contacter quelqu’un qui n’est pas un psychopathe insensé. […] Pour aller plus loin, merci de contacter Dieu, même si je soupçonne qu'il faudra plutôt s'adresser au Diable (ce message ne vaut que si j'ai mené mon projet à bien...)»

Si la police n’a pas encore pu savoir si Rubik Jutting avait lui-même configuré ce message, l’affaire qui se cache derrière n’en est pas moins tragique.

Le Daily Mirror raconte comment la police a découvert les corps de deux prostitués dans son appartement, l’une presque décapitée et l’autre caché dans une valise depuis plusieurs jours. Selon les médias locaux, la police a également trouvé sur place de la cocaïne et différents sextoys. 

Dans le téléphone du suspect, la police a retrouvé «2.000 photos, dont certaines apparemment où l’on voit les femmes tuées, et d’autres qui pourraient servir à identifier d’autres victimes potentielles».

Sa famille n'a pas souhaité s'exprimer sur ces faits, mais les personnes qui le fréquentaient n'ont pas caché leur stupéfaction, expliquant que c'est un homme plutôt discret. 

«Il était célibataire, se rappelle un ancien voisin lorsqu'il habitait en Angleterre, un de ceux qui gardent la tête baissée. Il ne disait pas "bonjour" ou quoi que ce soit comme ça. Il était un peu solitaire. Je ne l'ai jamais vu sortir pour boire ou aller au restaurant.»

A Hong Kong en revanche, son salaire à six chiffres lui a permis de louer un luxueux appartement dans le quartier Wan Chai. Il sortait beaucoup, notamment dans un bar fréquenté également par l'une des victimes, rapporte le Daily Mirror.

Rubik Jutting a été appréhendé par la police et présenté à un juge lundi matin. Son avocat a précisé par la suite qu’il ne ferait pas de demande de libération sous caution, mais qu’il voulait être enfermé dans la prison de l’île.

Cette histoire, dans une ville au taux de criminalité très faible (14 crimes entre janvier et juin 2014, en baisse de 56% par rapport à 2013), rappelle à beaucoup l’affaire de la «tueuse au milkshake». En 2003, un banquier de Merill Lynch avait été entraîné par sa femme dans les boîtes de nuit de Hong Kong, qui l’avait tué en lui faisant boire un milkshake rempli de somnifères. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte