Science & santé

Crash du vaisseau de Virgin Galactic: et si on arrêtait avec le tourisme spatial?

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 02.11.2014 à 11 h 10

Repéré sur Wired, Libération, Marginal Revolution

Des débris du crash de SpaceShipTwo. REUTERS/Lucy Nicholson.

Des débris du crash de SpaceShipTwo. REUTERS/Lucy Nicholson.

Le crash meurtrier dans le désert de Mojave (Californie), le 31 octobre, du vaisseau spatial SpaceShipTwo, construit par la société Virgin Galactic du milliardaire Richard Branson, pousse de nombreux commentateurs à s'interroger, parfois durement, sur l'avenir du tourisme spatial et sur la survie de ce projet. «Un brave pilote d'essai est mort et un autre est dans un état critique, le tout au service du projet pharaonique d'un millionnaire soucieux de s'offrir des frissons», attaque ainsi Adam Rogers de Wired:

«On va vous parler de Grands Pas Pour l'Humanité et de Bravement Aller Où Personne N'Est Jamais Allé. Et il est nécessaire de dire que ce sont des conneries. [...] Virgin Galactic est en train de construire le train fantôme le plus cher du monde, la version spatiale du caviar Beluga. [...] Ce pilote n'est pas mort pour l'espace mais pour un fournisseur de services de luxe. Sa mort ne nous rapproche pas de Mars, elle éloigne juste des gens riches de l'apesanteur et d'une vue magnifique.»

Sur un ton plus mesuré, le journaliste Sylvestre Huet tient un discours assez analogue sur son blog de Libération:

«L'accident qui frappe l'engin de la firme du milliardaire britannique Richard Branson devrait encourager une réflexion critique sur ces projets et à tout le moins bloquer tout financement public et inciter les Agences chargées de la sécurité à considérer les risques qu'ils peuvent faire courir aux passagers et aux citoyens en cas de crash au sol. [...] L'intérêt social de ces projets de tourisme pour millionnaires portés par des milliardaires et le message de consommation à outrance qu'ils représentent doivent être questionnés.»

Rappelant que la semaine a également été marquée par l'explosion en vol de la fusée (non habitée) Antares, l'économiste Tyler Cowen estime lui qu'avec un taux d'échec de 5% environ, l'ère du tourisme spatial est très très loin d'arriver:

«Même un taux d'échec de 1 sur 10.000 est bien trop élevé pour supporter l'idée d'un tourisme spatial de type "des gros types avec un appareil photo", et nous ne sommes même pas encore proches de ce taux.»

Pour l'instant, Richard Branson a affirmé qu'il allait «persévérer» dans son projet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte