Science & santé

Et les études scientifiques les plus citées sont...

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 31.10.2014 à 11 h 16

Repéré sur Nature, io9

Des statistiques et des histoires de protéines.

Capture d'écran de la première partie de l'infographie de Nature.

Capture d'écran de la première partie de l'infographie de Nature.

En science, la citation est un art subtil et indispensable à la progression de la connaissance. Comme l'écrit très justement ce blog de Stanford, «après qu'un chercheur a péniblement collecté et analysé les données, sué sur un manuscrit décrivant les découvertes et trouvé un journal pour publier le tout [...], d'autres chercheurs le liront et auront peut-être des idées pour conduire d'autres recherches complémentaires.» En citant, au passage, les collègues qui les ont inspirés.

Pour fêter les 50 ans du Science Citation Index (SCI), qui a été le premier à suivre de près les citations dans les travaux scientifiques, Nature a étudié les 100 articles les plus cités de 1900 à nos jours.


Pour se faire une idée, le site de la revue spécialisée raconte que si l'on imprimait les premières pages des quelques 58 millions de documents compilés dans le SCI, on arriverait au niveau du sommet du Kilimandjaro! Plus intéressant encore:

«[...] Les 100 papiers les plus cités ne représenteraient qu'un centimètre au sommet. Et seulement 14.499 articles –soit à peine 1,5 mètre [rapporté au Kilimandjaro, ndlr]– ont plus de 1.000 citations.»

Quels sont les heureux élus? Bizarrement, pas forcément les découvertes qui viennent spontanément à l'esprit d'un amateur de sciences. Comme le note par exemple io9, l'article sur la structure de l'ADN de Watson et Crick, pierre angulaire de la connaissance, n'apparaît pas dans la liste avec ses 5.207 citations –pour entrer dans les 100 premiers, il faut avoir obtenu plus de 12.000 citations, précise Nature. De même, la découverte du trou dans la couche d'ozone, en 1985, n'est presque pas citée.

En revanche, les protéines et les statistiques squattent le haut du classement. Surprenant? Pas tant que ça, écrit Nature, quand on sait que les articles scientifiques précisent avant tout leur méthodologie:

«[...] La vaste majorité décrit des méthodes expérimentales ou des logiciels qui sont devenus essentiels dans leurs domaines.»

C'est ainsi que l'étude numéro 1 est un article de 1951 décrivant un protocole pour déterminer le niveau de protéines dans une solution. Il compte plus de 305.000 citations alors même que son auteur principal, Oliver Lowry, écrivait en 1977 qu'il savait que «ce n'était pas une très bonne étude.» Les deuxième et troisième articles du classement évoque aussi des protéines, quand le quatrième concerne l'ADN et le cinquième l'ARN –cette molécule hyper pratique synthétisée dans les cellules à partir de l'ADN.

A tous ceux qui s'attendaient à voir figurer Einstein et sa relativité générale en tête du classement, Nature répond qu'en science, une autre pratique usuelle consiste à ne plus directement citer les «découvertes vraiment fondamentales», tant elles sont devenues un socle incontournable.

En guise de comparaison, le site spécialisé a également demandé à Google Scholar de procéder à une analyse des articles les plus cités. Si parmi les études scientifiques, les mêmes titres reviennent, des articles sur l'économie et la psychologie font néanmoins leur apparition, le corpus n'étant pas exactement le même. Exemple parmi d'autres: la théorie de la communication de Shannon, une référence, arrive quatrième de ce classement, quand il ne figure que dans le top 150 du précédent.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte