France

«Réglement de comptes» contre «absence d'empathie»: PS et EELV continuent de s'affronter sur la mort de Rémi Fraisse

Slate.fr, mis à jour le 31.10.2014 à 8 h 49

La mort dramatique du jeune Rémi Fraisse à Sivens (Tarn) continue de déchirer la gauche. Invités successifs de l'émission politique de France 24 Politique, en partenariat avec Slate, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, et celui du groupe EELV au Sénat, Jean-Vincent Placé, se sont nettement opposés sur le sujet.

Le chef de file des députés socialistes a appelé à ne pas «tout mélanger» et a jugé «indigne» de «se servir d'un drame pour faire valoir un point de vue». «Comment peut-on se servir de la mort tragique d'un jeune pour régler des comptes?», s'est-il interrogé, tout en reconnaissant que le gouvernement avait peut-être tardé à réagir mais en révélant un François Hollande «meurtri» dès l'annonce de la mort du jeune homme, dimanche, et cherchant immédiatement à s'informer. Il également dénoncé «la violence de la part d'un certain nombre de groupuscules qui rendent dangereuses un certain nombre de manifestations».

Jean-Vincent Placé a lui pointé un «problème de responsabilité et de communication» de la part du pouvoir: «l'absence d'empathie du gouvernement dimanche et lundi est saisissante», a-t-il déploré, appelant par ailleurs à dissocier l'action de Rémi Fraisse et celle de «dizaines de casseurs».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte