Monde

Les nazis, Mars et (déjà) les clowns: un siècle de peurs en une infographie

Temps de lecture : 2 min

Extrait de l'infographie du Boston Globe
Extrait de l'infographie du Boston Globe

Il n'y pas que la France qui a peur. Les Etats-Unis flippent aussi et, grosso modo, en permanence, comme l'illustre parfaitement une infographie du Boston Globe qui revient, à l'approche d'Halloween, sur «100 ans de peurs».

De 1915 à aujourd'hui, entre méchants Allemands, immigrants, punks, H5N1 et Ebola, le site américain compile les thématiques qui ont empêché les Américains de dormir sur leurs deux oreilles durant toutes ces années.

Cette remontée de l'échelle de la peur permet évidemment de se remémorer les terribles événements historiques, les guerres, visibles de 1915 à 1918, puis de 1939 à 1946 –année marquée par la crainte des lettres, écrit le Boston Globe, faisant ici probablement référence aux missives de l'armée annonçant la mort de soldats à leurs familles.

La Guerre froide est aussi là, avec la crise des missiles de Cuba en 1962, mais également les grands chamboulements culturels, avec la peur du pelvis d'Elvis en 1957, les chasses aux hippies (1967 et 1969) et aux punks (1978). Plus surprenant, et signe de l'importance de la conquête spatiale aux Etats-Unis, la peur de Mars revient périodiquement.

Autre information intéressante, à l'heure où la France succombe à une drôle de psychose générée par la figure des clowns, ces derniers faisaient également frissonner l'Amérique en 1964. Difficile de savoir pourquoi, l'infographie du Boston Globe manquant d'explications sur les raisons qui ont fait que telle ou telle peur se retrouve sélectionnée.

Sur un forum, quelqu'un affirme que Parable, un film sorti cette année là et comportant quelques clowns, «a probablement contribué à augmenter» la coulrophobie. Business Insider évoque pour sa part la popularité des clowns tristes dépenaillés tels qu'Emmett Kelly, ou «Weary Willie» –bien que ce dernier né dans les années de la Grande dépression.

Plus drôle: les grandes frayeurs cinématographiques, des Dents de la mer à Psychose, figurent évidemment aussi dans le tableau. On vous laisse le consulter, et rechercher le grand frisson de votre année de naissance.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters